Bangladesh : plus de 10.000 réfugiés rohingyas sinistrés en 3 jours de pluies (HCR)

12 juin 2018

Les premières fortes pluies de l’année ont balayé les camps de réfugiés rohingyas dans le district de Cox’s Bazar, au Bangladesh, ce week-end, marquant le début de la saison de la mousson dans cette région.

Près de 400 millimètres de pluie quasi ininterrompue sont tombés dans la région de Cox’s Bazar depuis dimanche, soit deux tiers des précipitations moyennes de juin pour cette partie du pays

« C’est un test précoce pour les réfugiés et les agences humanitaires travaillant pour soutenir le gouvernement du Bangladesh dans ses efforts d’intervention », a déclaré Andrej Mahecic, un porte-parole du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) lors d’un point de presse ce mardi à Genève.

Selon le département météorologique du Bangladesh, près de 400 millimètres de pluie quasi ininterrompue sont tombés dans la région de Cox’s Bazar depuis dimanche. Cela équivaut aux deux tiers des précipitations moyennes de juin pour cette partie du pays.

Avec ces pluies torrentielles et des vents allant jusqu’à 70 kilomètres à l’heure, les dégâts n’ont pas épargné les populations locales, mais aussi les milliers de réfugiés rohingyas. 

Selon le HCR, près de 2.500 familles de réfugiés, soit environ 11.000 réfugiés ont été affectées depuis dimanche par les inondations liées aux pluies dans les camps au Bangladesh. Alors qu’un enfant est décédé, l’Agence onusienne a d’ailleurs révisé à la hausse son estimation de personnes menacées qui pourrait désormais atteindre 200.000. Outre l’enfant décédé, plusieurs personnes ont été blessées.

Photo UNICEF/Brian Sokol
Des réfugiés rohingyas affrontant la pluie dans le camp de Balukhali, dans le district de Cox's Bazaar, au Bangladesh, en mai 2018.

 

En trois jours, au moins 89 incidents ont été observés, a ajouté le porte-parole du HCR. Selon Andrej Mahecic, des dizaines de glissements de terrain ont eu lieu.  Près de 2.500 abris, 167 toilettes ou encore un centre de santé et un site de distribution de vivres ont été endommagés. La principale route d’accès au camp de Kutupalong a aussi été affectée par les inondations, bloquant temporairement l’accès des véhicules à certaines parties du site.

Selon l’agence onusienne, plus de 40.000 réfugiés résident actuellement dans des zones à haut risque de glissements de terrain et d’inondations. Parmi eux, près de 14.000 personnes ont été réinstallées dans des zones plus sûres.

Face à cette situation, les autorités bangladaises, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés et d’autres partenaires humanitaires ont réagi immédiatement aux incidents causés par les fortes pluies de la mousson. Parmi ces interventions, il y a eu des opérations de recherche et de sauvetage, des relocalisations et la distribution de kits d’abris et d’aide.

Alors que les délocalisations et les distributions d’aide se poursuivent, le HCR a également prépositionné davantage de fournitures d’urgence, notamment 10.000 tentes, 190.000 bâches en plastique, ainsi que deux millions de tablettes de purification d’eau, prêtes à être utilisées en cas de besoin. Sur place, le HCR dispose également de cinq tentes d’hôpitaux et de kits sanitaires d’urgence stockés dans des entrepôts à Cox’s Bazar.

A noter que depuis août 2017, plus de 720.000 réfugiés rohingyas ont fui au Bangladesh, rejoignant ainsi plus de 200.000 réfugiés déjà présents dans le pays.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.