Election présidentielle en Colombie : l’ONU salue l’engagement des candidats à respecter les droits de l’homme

26 mai 2018

Le chef des droits de l'homme de l’ONU a salué samedi l'engagement pris par écrit par les cinq candidats à l'élection présidentielle colombienne de dimanche de respecter, protéger et garantir les droits de l'homme.

Cet engagement est de tous les candidats est « sans précédent, impressionnant et réconfortant », s’est félicité Zeid Ra'ad Al Hussein, le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, dans un communiqué.

Les Colombiens sont appelés aux urnes dimanche pour élire leur prochain président. Les cinq candidats à cette élection - Sergio Fajardo, Humberto de La Calle, Gustavo Petro, Iván Duque Márquez et Germán Vargas Lleras - ont chacun signé un 'Accord sur les droits de l'homme’ préparé par le Bureau des droits de l'homme des Nations Unies en Colombie.

« Nous pensons que c'est la première fois, où que ce soit, que chaque candidat à la présidence ait signé un engagement formel sans équivoque pour défendre les droits de l'homme », a déclaré Zeid Ra'ad Al Hussein. « Cela vient comme une bouffée d'air frais dans un monde où tant de dirigeants politiques ont minimisé, ou bafoué activement, leurs obligations de respecter le droit international des droits de l'homme ».

Le Haut-Commissaire a saisi cette occasion pour remercier les responsables politiques colombiens d'avoir pris cette « mesure positive » et exhorté le candidat vainqueur à faire tout son possible pour « respecter cet accord historique »

Garantir davantage d’inclusion et éviter les assassinats

L'Accord sur les droits de l'homme stipule ce qui suit:

En tant que candidat à la présidence de la République de Colombie, je promets publiquement que mon gouvernement mettra tout particulièrement l'accent sur le respect, la protection et la garantie des droits de l'homme. Dans le même temps, les actions de mon gouvernement vont promouvoir, dans tout le pays, et en particulier dans les zones les plus touchées par les conflits et la violence, l'inclusion politique, économique et sociale des populations qui vivent dans ces zones ...’.

Reconnaissant l'un des problèmes les plus graves et persistants qui sévissent dans le pays, l'Accord note également l'analyse du Bureau des droits de l'homme des Nations Unies selon laquelle ' il est important d'éviter l'assassinat des dirigeants, des dirigeants ruraux et des défenseurs des droits de l'homme, ce qui mènera à une inclusion politique, économique et sociale dans le pays '.

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a ouvert un bureau en Colombie en 1997. Ce bureau a joué un rôle important dans les négociations qui ont conduit à la signature de l'Accord de paix final par le gouvernement actuel et le mouvement Forces armées révolutionnaires de Colombie-Armée du Peuple (FARC-EP) en septembre 2016.

Quatre défis majeurs à relever

Lors de l’annonce jeudi de la signature de l'Accord sur les droits de l’homme dans la capitale Bogota, le représentant du HCDH en Colombie, Alberto Brunori, a souligné les quatre principaux défis auxquels le prochain président devra faire face:

1. Lutte contre l'impunité, y compris en cas de féminicide ou de violence contre les femmes.

2. Fournir des garanties pour permettre la défense des droits humains, notant que ‘ les attaques meurtrières contre les défenseurs des droits sont les symptômes les plus visibles d'un problème plus profond ... et que la peur de la violence conduit à l'autocensure et produit une paralysie de l'action collective nécessaire dans une société démocratique ’.

3. Utiliser les opportunités offertes par le processus de paix pour consolider un pouvoir d'État respectueux des droits de l'homme par la consolidation de l'état de droit et le renforcement des institutions publiques au niveau local, y compris la lutte contre la corruption et la garantie d'une réforme rurale étendue dans les accords de paix.

4. Assurer la sécurité tout en protégeant les droits, y compris une réponse ferme aux activités criminelles tout en respectant pleinement les normes des droits humains.

« Ces défis reflètent des problèmes réels, chroniques et quotidiens qui ont freiné le développement politique, social et économique de la Colombie », a déclaré Zeid Ra'ad Al Hussein. « Le fait que tous les candidats à la présidence se soient engagés à affronter (ces défis) et toutes les autres questions relatives aux droits de l'homme en Colombie, est un grand pas en avant ».

Le Haut-Commissaire et son équipe espèrent que le peuple colombien tiendra le prochain président et ses successeurs au mot. « Faire une promesse est une chose. L'accomplir est une autre », a souligné Zeid. « Mais nous avons tous maintenant un critère clair pour mesurer les résultats du candidat gagnant lorsqu’il assumera le rôle de président de la République ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L’ONU condamne le meurtre de trois professionnels des médias à la frontière entre l’Equateur et la Colombie

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a condamné vendredi l'enlèvement et le meurtre de trois professionnels des médias, confirmés le 13 avril, ainsi que l'enlèvement ultérieur de deux autres ressortissants équatoriens, à la frontière entre l’Equateur et la Colombie.