La santé des réfugiés palestiniens n'est pas possible sans paix, justice et dignité (UNRWA)

22 mai 2018

Soixante-dix ans après les déplacements forcés de centaines de milliers de Palestiniens connus sous le nom de ‘Nakba’, l’UNRWA souligne l’importance de poursuivre les services de santé vitaux qu’il fournit aux réfugiés de Palestine dans un contexte toujours aussi difficile.

Dans un rapport publié mardi, l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient (UNRWA) explique qu’il continue de faire face à une série de défis dans la dispense des soins de santé aux réfugiés palestiniens.

Le conflit en Syrie, l'occupation israélienne prolongée et le blocus de la Cisjordanie et de la bande de Gaza continuent de menacer le bien-être des réfugiés palestiniens. Par ailleurs, les réfugiés palestiniens qui vivaient en Syrie et sont aujourd’hui de nouveau déplacés au Liban et en Jordanie ont du mal à subvenir à leurs besoins en matière de santé alors que les financements humanitaires se tarissent.

L’agence onusienne est confrontée à la plus grave crise financière de son existence depuis sa création en 1948. Plus gros contributeur de l’UNRWA, les Etats-Unis ont annoncé en début d’année une réduction de son financement tombé de 360 millions de dollars à 60 millions de dollars. Fin janvier, à Genève, le Commissaire général de l'UNRWA, Pierre Krahenbühl, a lancé un appel de fonds de 800 millions de dollars pour subvenir aux besoins des Palestiniens enregistrés comme réfugiés dans les territoires palestiniens occupés, en Jordanie, au Liban ou en Syrie.

« La santé et la dignité sont des droits fondamentaux et ne devraient pas être refusé à quiconque à la suite de calamités naturelles ou causées par l’homme », ont déclaré Pierre Krähenbühl et le Dr Jaouad Mahjour, Directeur régional par intérim de l’OMS pour la Méditerranée orientale en préface du rapport.

Des millions de consultations médicales dispensées

En 2017, environ trois millions de réfugiés palestiniens enregistrés ont reçu gratuitement des services de santé dans 143 centres de soins de santé primaires de l'UNRWA. Environ 9,2 millions de consultations médicales ont été dispensées par l’agence onusienne.

« Protéger et promouvoir la santé des réfugiés enregistrés de Palestine est au cœur de notre mandat, pour leur permettre d'atteindre le niveau de santé le plus élevé possible jusqu'à ce qu'une résolution juste et durable de la question des réfugiés de Palestine soit réalisée, basée sur les résolutions des Nations Unies et le droit international », a pour sa part fait souligné le Dr Akihiro Seita, directeur de la santé de l'UNRWA et Représentant spécial de l’OMS pour la Palestine, dans un communiqué.

Le 70e anniversaire de la ‘Nakba’ cette année met en lumière la plus longue crise de réfugiés au monde. Il rappelle que les 5,3 millions de réfugiés palestiniens enregistrés auprès de l'UNRWA continuent de vivre dans un environnement de conflits, de violences et de l'occupation et aspirent à une solution juste et durable.

Le rapport sur la santé de l'UNRWA souligne l'engagement de l’agence en faveur de la couverture sanitaire universelle avec la mise à la disposition de services gratuits pour tous les réfugiés palestiniens. Il montre également que l'UNRWA a continué de maintenir de solides indicateurs de santé maternelle et infantile, tels que la couverture vaccinale, l'enregistrement précoce des soins préventifs et le pourcentage de femmes enceintes qui bénéficient d’au moins quatre visites prénatales.

Par ailleurs, en 2017, les activités de dépistage et de sensibilisation concernant les maladies non transmissibles ont été renforcées. L'UNRWA a également élargi son soutien en matière de santé mentale et de soutien psychosocial et d'hospitalisation à ceux qui en ont le plus besoin.

« Les efforts de modernisation des services de santé de l'UNRWA n'auraient pas été possibles sans le soutien généreux des pays donateurs, des autorités hôtes, de l’OMS, d'autres agences des Nations Unies et des organisations locales et internationales », a souligné le Dr. Seita qui a salué le dévouement et l'engagement de 3.320 membres du personnel de santé de l’agence pour améliorer le bien-être des réfugiés palestiniens.

Malgré les difficultés de tout ordre, « l'UNRWA continuera de défendre et de protéger les droits des réfugiés palestiniens, y compris le droit à des services de santé dignes » a dit le Dr. Seita. « Nous croyons qu'il n'y a pas de santé sans paix, justice et dignité ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

A Gaza, la détérioration de la situation humanitaire compromet l’éducation des enfants (OCHA)

Dans la bande de Gaza, les onze années de blocus, les conflits récurrents et l’absence concrète de réconciliation inter-palestinienne affectent le bien-être psychosocial des enfants et de leurs enseignants, a alerté jeudi le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA).