A Bruxelles, le chef de l’ONU plaide pour une Europe pilier central du multilatéralisme

16 mai 2018

En déplacement à Bruxelles, le Secrétaire général des Nations Unies a salué mercredi la coopération exemplaire entre l'Union européenne et l’ONU et appelé l’Europe à rester forte et à davantage faire entendre sa voix sur la scène internationale.

« Il existe une coopération exemplaire entre l'Union européenne et les Nations Unies, et nous sommes très reconnaissants pour l'excellent soutien financier et politique, le soutien à nos opérations dans le monde entier, le soutien à notre processus de réforme », s’est félicité António Guterres lors d’une conférence de presse aux côtés de Jean-Claude Juncker, le Président de la Commission européenne.

Menaces envers le régime de non-prolifération, multiplication des conflits, terrorisme, changement climatique, inégalités résultant d’une mondialisation a grande vitesse : face à ces défis mondiaux, le Secrétaire général a souligné que la coopération entre l’ONU et l’UE est essentielle.

« Dans ce monde dangereux, il est absolument essentiel de préserver deux choses : les institutions de gouvernance multilatérales et la primauté du droit dans les relations internationales », a souligné M. Guterres. « Et pour que cela soit possible, et nous connaissons les difficultés auxquelles nous sommes confrontés, le rôle de l'Europe, de l'Union européenne est absolument essentiel ».

Si la quatrième révolution industrielle peut apporter d'énormes avantages aux individus grâce au génie génétique, à l'intelligence artificielle et à de nombreux autres développements, le chef de l’ONU a toutefois alerté que « nos économies, nos sociétés, nos marchés du travail, et de nombreux facteurs pourraient être préjudiciables au bien-être de l'humanité ».

« D’où mon appel ici à Bruxelles : que l'Union européenne soit de plus en plus unie, de plus en plus efficace, de plus en plus présente et que sa voix soit de plus en plus entendue dans les relations internationales comme pilier central du multilatéralisme dans le monde d'aujourd'hui ».

Aux côtés de Jean-Claude Juncker, M. Guterres a réitéré le plein appui de l’ONU aux efforts déployés par l'Union européenne pour sauver l’accord sur le nucléaire iranien et tous les autres efforts que les 27 déploient « pour créer les conditions d'un monde où la paix, la sécurité, le développement durable et l'action climatique sont en première ligne de ses activités et de notre coopération commune ».

Interrogé par un journaliste sur l’éventuelle remise en cause de la rencontre entre les dirigeants américain et nord-coréen à Singapour, le Secrétaire général a dit espérer « qu'au bout du compte le bon sens prévaudra et que le sommet aura lieu et qu'il sera couronné de succès ».

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Kosovo : l’envoyé de l’ONU avertit de la détérioration des relations entre Pristina et Belgrade

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour le Kosovo, Zahir Tanin, a averti lundi devant le Conseil de sécurité, que l’arrestation, en mars dernier, du négociateur principal serbe pour le dialogue facilité par l’Union européenne avait provoqué une escalade rhétorique entre Pristina et Belgrade, dont le résultat était proche d’un effondrement complet du gouvernement du Kosovo.