Gaza : l’UNICEF distribue des fournitures médicales d’urgence pour couvrir les besoins de 70.000 civils

16 mai 2018

Depuis le début des manifestations palestiniennes le 30 mars, plus de 1.000 enfants ont été blessés dans les violences meurtrières de la bande de Gaza. Une situation qui met à rude épreuve des centres hospitaliers déjà débordés, selon l'UNICEF.

Dans un communiqué, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance indique qu’ « un grand nombre de ces blessures sont graves et potentiellement mortelles, y compris des amputations ».

Or la récente vague de violence a encore aggravé un système sanitaire déjà affaibli dans la bande de Gaza qui continue de « s’effondrer en raison de graves coupures d’électricité ainsi que des pénuries de carburant, de médicaments et d’équipements ».

La Représentante spéciale de l'UNICEF en Palestine, Geneviève Boutin explique qu'elle a visité elle-même des hôpitaux et a rencontré les enfants qui ont été blessés par balle à la barrière et elle a écouté leurs histoires. « Ce qui est très touchant c'est que  ces enfants racontent des histoires de désespoir. Ce qu'ils nous disent c'est que depuis 11 ans, la situation qu'ils vivent à Gaza, ils connaissent que cela,  en fait,  pour beaucoup d'entre eux. ils  commencent à avoir le sentiment qu'il n'y a aucun futur, aucun espoir »,  la Représentante de l'UNICEF a ajouté.   « Et donc pour eux il n'y a pas grand chose à perdre. Ce qui fait que lorsqu'on leur pose la question « Mais vous savez que c'est dangereux ? Pourquoi vous continuez à y allez? », ils vous répondent que pour eux la vie est tellement difficile qu'ils veulent participer à ces manifestations  ». 

Face à cette urgence humanitaire et sanitaire, l’UNICEF et ses partenaires ont livré deux camions de fournitures médicales d’urgence dans la bande de Gaza. Selon l’agence onusienne, cette opération permet de répondre aux besoins d’environ 70.000 personnes. Les médicaments et le matériel médical comprennent des antibiotiques, du sérum physiologique (solution saline) et des seringues pour le traitement des blessures.

« Ce n'est qu'une goutte dans une océan, parce que nous travaillons en étroite collaboration avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et nous savons que les pénuries et les stocks de médicaments sont presques à zéro à travers la Bande de Gaza» , a ajouté Geneviève Boutin. 

Pour l’UNICEF, les enfants devraient être protégés, au lieu d’être ciblés et confrontés à la violence ou placés dans des situations à risque. Alors que les tensions restent vives dans l’État de Palestine, l’UNICEF appelle tous les acteurs à mettre en place des mesures spécifiques pour garder les enfants hors de danger et éviter de faire des victimes parmi les enfants.

Par ailleurs, l’UNICEF rappelle que cette nouvelle flambée de violence a aggravé le sort des enfants dont la vie est déjà extrêmement difficile depuis de nombreuses années. De façon générale, l’UNICEF note que dans la bande de Gaza, la moitié des enfants dépendent de l’aide humanitaire et un enfant sur quatre a besoin de soins psychosociaux.

« Leurs familles reçoivent 4 à 5 heures d’électricité par jour et 9 domiciles sur 10 n’ont pas un accès direct régulier à l’eau potable », fait remarquer l’UNICEF qui rappelle que les enfants de Gaza ont déjà vécu trois grands conflits au cours de la dernière décennie. 

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Gaza : le chef des droits de l’homme de l’ONU met en garde Israël contre l’usage excessif de la force

Le Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme (HCDH) a exhorté Tel-Aviv à veiller à ce que ses forces de sécurité n’utilisent pas une force excessive contre les manifestants palestiniens le long de la barrière séparant la bande de Gaza et Israël.