Afghanistan : l’ONU dénonce des violences dans des centres d’enregistrement des électeurs

10 mai 2018

Une série inquiétante d'attaques a été observée dans des installations liées aux élections après le début de l'inscription des électeurs pour les scrutins d'octobre 2018, selon un rapport publié jeudi par la Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA).

La MANUA a vérifié 23 incidents de sécurité liés aux élections depuis le début de l'inscription des électeurs le 14 avril. Ces incidents ont fait 271 morts et blessés parmi la population civile, la grande majorité des victimes civiles étant survenues le 22 avril à la suite d'un attentat-suicide parmi une foule rassemblée devant un centre national de distribution de cartes d'identité à Kaboul.

« Je suis indigné par ces attaques ciblant délibérément des civils qui cherchent à exercer leur droit constitutionnel à voter », a déclaré le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour l'Afghanistan, Tadamichi Yamamoto. « Ces attaques dans des installations électorales ne sont rien moins qu'une attaque contre la démocratie ».

Le nouveau rapport, intitulé ’Nouvelles tendances des incidents sécuritaires liés aux élections en Afghanistan’, note qu'environ 75% des incidents de sécurité depuis le 14 avril sont survenus dans des écoles ou des mosquées utilisées à des fins électorales et décrit des allégations d'intimidation du personnel électoral et de ceux qui cherchent à participer aux élections.

« Ceux qui s'inscrivent pour voter ont mon plus grand respect. Ils exercent leur droit constitutionnel et placent leur espoir dans l'avenir de l'Afghanistan au-dessus des préoccupations concernant leur sécurité personnelle », a déclaré M. Yamamoto, qui est également à la tête de la MANUA. « L'ONU, avec la communauté internationale dans son ensemble, reste déterminée à soutenir un processus électoral dirigé par les Afghans ».

Selon le droit international relatif aux droits de l'homme, toute personne a le droit de voter et d'être élue sans discrimination et sans restriction déraisonnable. Tous les citoyens - qu'ils soient électeurs, candidats ou membres du personnel électoral - ont le droit d'être à l'abri de la peur et de l'intimidation à toutes les étapes du processus électoral, de l'inscription des électeurs à la période postélectorale.

Parmi les 23 incidents de sécurité liés aux élections vérifiés par la MANUA et identifiés dans le nouveau rapport, 10 comportaient des menaces, harcèlements et intimidations de la part d'éléments antigouvernementaux contre du personnel électoral, des enseignants et des électeurs potentiels, y compris des allégations de confiscation de cartes d'identité et d’amendes imposées pour possession d'autocollants encourageant l'inscription des électeurs.

« La violence liée aux élections devrait rappeler à tous que les efforts pour la paix en Afghanistan ne peuvent pas ignorés », a déclaré M. Yamamoto. « La voie à suivre ne doit pas reposer sur une solution militaire mais sur un processus démocratique, et j'invite encore une fois les Talibans à accepter l'offre de paix du Président Ghani, à participer aux élections et à entamer des pourparlers directs avec le gouvernement pour mettre fin aux souffrances du peuple afghan ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Afghanistan : le Secrétaire général condamne l'attentat meurtrier contre un centre d'inscription électoral

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a condamné fermement l'attaque perpétrée dimanche contre une mosquée qui sert de centre d'inscription des électeurs dans la province de Khost, en Afghanistan.