Afrique de l’Est : l’ONU encourage des politiques commerciales plus favorables aux femmes

9 mai 2018

Des politiques commerciales et d’emploi facilitant l’accès des femmes à l'économie dans les pays d'Afrique de l'Est peuvent ouvrir la voie à un développement plus inclusif, selon une étude de l’ONU publiée mercredi.

Dans cette étude, la Conférence des Nations Unies pour le commerce et le développement (CNUCED) souligne l'importance de mettre en place des politiques pour lutter contre les inégalités entre les sexes et faire en sorte que les femmes tirent pleinement parti du commerce international.

« L'égalité des sexes n'est pas un résultat naturel du processus de développement et il est nécessaire de promouvoir de manière proactive les politiques d'égalité des genres », a déclaré Mukhisa Kituyi, le Secrétaire général de la CNUCED.

Une des principales recommandations du rapport de la CNUCED est de réduire l'écart entre les sexes dans l'enseignement secondaire et supérieur et de mettre en place des programmes de développement des compétences pour permettre aux femmes de travailler dans des secteurs à forte valeur ajoutée.

L’agence onusienne conseille également de mettre en place un mécanisme de crédit régional pour soutenir les femmes entrepreneures dans les pays de la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC) qui regroupe le Burundi, le Kenya, l’Ouganda, le Rwanda, le Soudan du Sud et la Tanzanie. Des chapitres consacrés au genre pourraient être inclus dans les futurs accords de libre-échange dans lesquels les pays de l’espace EAC s'engageraient.

« Cette nouvelle analyse est une autre contribution de la CNUCED au débat sur la manière dont nous pouvons, ensemble, rendre les politiques commerciales plus sensible au genre et ouvrir la voie à une prospérité plus inclusive qui ne laisse personne de côté », a expliqué M. Kituyi.

La majorité des femmes travaille dans le secteur agricole

Bien que l'activité économique en Afrique de l’Est ait opéré un changement de l'agriculture vers le secteur des services et, dans une moindre mesure, vers l'industrie, la majorité des femmes travaillent encore dans le secteur agricole : 96% des femmes au Burundi, 76% au Kenya, 84% au Rwanda, 71% en Tanzanie et 77% en Ouganda.

En comparaison aux hommes, les femmes assument également une plus grande part du travail de soins non rémunéré, ce qui limite le nombre d'heures qu'elles peuvent consacrer au travail rémunéré, leur mobilité et leur accès aux ressources du marché et à l'information.

Et malgré l'égalité homme-femme en matière de droits de propriété, la propriété foncière des femmes reste faible dans de nombreux pays, souligne le rapport de la CNUCED : seulement 35% des femmes au Kenya et en Ouganda possèdent leurs propres terres et 46% au Rwanda.

Sur la base des conclusions du rapport, la CNUCED a également publié un document destiné à aider les femmes de la région, intitulé Plaidoyer pour une politique commerciale sensible au genre dans la Communauté de l'Afrique de l'Est.

Financée par les Pays-Bas par le biais de l’agence de promotion du commerce TradeMark East Africa, l’étude a été dirigée par le Programme Commerce, Genre et Développement de la CNUCED.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Forum mondial sur les produits de base : le défi de la formation et de l’évolution du marché de l’emploi

Des travailleurs qualifiés peuvent réduire leur dépendance à l’égard des exportations de produits de base dans plus de 90 pays. Selon la CNUCED, un développement des compétences humaines est une valeur ajoutée pour une meilleure exploitation des matières premières.