Yémen : 6 morts, 90 blessés dans un raid aérien sur la capitale Sanaa (OCHA)

8 mai 2018

Au Yémen, au moins six personnes ont été tuées et 90 blessées dans deux frappes aériennes successives lundi dans le centre de la capitale Sanaa, a indiqué le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

« Le ministère de la Santé publique et de la Population a fait savoir que le nombre de victimes des raids aériens d'hier dans le quartier central Tahrir, une zone densément peuplée de la ville de Sanaa, a atteint 96 : six personnes ont été tués, dont un enfant et ces bombardements ont également fait 90 blessés », a déclaré un porte-parole d’OCHA, Jens Laerke, lors d’un point de presse à Genève.

Selon M. Laerke, des étudiants font partie des victimes, car les zones ciblées sont proches de deux écoles publiques et de plusieurs bureaux ou commerces. Ces raids ont également dégradé des biens immobiliers civil.

Pour le porte-parole d'OCHA, bon nombre des blessés sont dans des conditions critiques et le nombre des victimes pourrait augmenter. L'hôpital d’Al Jamhoury de Sanaa a d’ailleurs lancé un appel public à des volontaires pour qu'ils donnent du sang afin de sauver la vie de personnes blessées.

L’OIM plaide pour une meilleure protection des migrants au Yémen

De son côté, le Directeur des opérations et des situations d'urgence à l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) s’est dit « vivement préoccupé » par la situation déplorable et inhumaine des migrants au Yémen. Au terme d’une visite de quatre jours, Mohammed Abdiker a appelé à « un plus grand soutien et une meilleure protection de la part de la communauté internationale et des autorités yéménites ».

Au cours de cette visite effectuée la semaine dernière dans ce pays, M. Abdiker a ainsi plaidé la cause des migrants dont certains migrants sont pris au piège dans le conflit, subissant des blessures ou tués lors des bombardements quand d’autres ne sont pas emmenés dans des centres de détention.

« Si on ne traduit pas en justice ceux qui s'en prennent à ces jeunes vulnérables, toute aide humanitaire fournie dans ce pays ne sera qu’une solution de fortune - bien sûr, elle sauvera des vies, mais nous devons plus aux populations en détresse », a dit M. Abdiker.

L’OIM estime que quelque 7.000 migrants entrent chaque mois au Yémen et en 2017, ils ont été 100.000 à se rendre dans ce pays. La grande majorité a l'intention d'atteindre les pays du Golfe, en particulier en Arabie Saoudite.

En 2017, l'OIM a aidé près de 2.900 migrants et réfugiés à rentrer chez eux du Yémen : 73% d'entre eux étaient des Somaliens, 25% des Éthiopiens et 2% des autres nationalités. Depuis le début de l’année, l'OIM a également aidé 197 migrants et réfugiés éthiopiens et 939 somaliens à rentrer volontairement chez eux.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Yémen : au moins 45 civils dont des enfants tués en 4 jours dans des raids aériens (ONU)

Au Yémen, au moins 45 civils ont été tués par des raids de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite lors de trois incidents distincts au cours des quatre derniers jours, a indiqué mardi à Genève le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH).