Iraq : l’OIM plaide pour un soutien aux efforts de réinsertion de 3,6 millions de déplacés revenus chez eux

1 mai 2018

Alors que plus de 3,6 millions de personnes déplacées en Iraq sont retournées dans des zones sûres après avoir dû fuir en raison du conflit, il est essentiel que ces zones d'origine soient soutenues par la communauté humanitaire internationale pour permettre une réinsertion, a souligné mardi l’Agence des Nations Unies pour les migrations (OIM).

Le Centre de coordination et de surveillance (JCMC) du gouvernement iraquien, en partenariat avec la communauté internationale, est en train de mettre en place des centres de ressources communautaires (CRC) pour fournir des services au niveau communautaire dans les zones accueillant un grand nombre de personnes déplacées revenues dans leurs régions d’origine, a précisé l’OIM dans un communiqué de presse.

Les centres, qui fonctionneront sous l'égide du JCMC, serviront de centres de coordination, d'information et de référence où tous les membres de la communauté (déplacés, rapatriés et membres de la communauté hôte) peuvent recevoir des informations sur les services offerts par le gouvernement et les partenaires humanitaires afin d’aider au processus de retour et de réinsertion.

Les premiers centres de ressources communautaires seront établis à Ninive et à Anbar, suivis par d'autres gouvernorats qui ont été considérablement affectés par le conflit et les déplacements de populations.

« Ces centres communautaires nous permettront de fournir aux rapatriés et aux communautés affectées les informations et les services essentiels les plus efficaces », a déclaré Abdul Ameer Mohamed Ali, chef du Centre de coordination et de surveillance. « Nous sommes impatients de coopérer avec des partenaires internationaux avec pour objectif commun d'élaborer des normes de prestation de services au profit des communautés ».

Le JCMC et sept partenaires onusiens et non gouvernementaux sont impliqués dans les CRC, notamment : l’Agence pour la coopération technique et le développement (ACTED), le Conseil danois des réfugiés (RDC), l’OIM, le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC), Personnes dans le besoin (PIN), Terre des hommes (TDH) Lausanne, et le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

« Le processus de retour et de rétablissement pour des centaines de milliers de familles vulnérables a imposé un lourd fardeau aux communautés et au gouvernement iraquien », a déclaré Gerard Waite, chef de mission de l'OIM en Iraq. « A travers les CRC, nous cherchons à combiner et offrir nos connaissances, nos compétences et nos services pour améliorer la résilience des communautés affectées par les conflits ».

Plus de 415.000 personnes déplacées sont retournées dans leurs régions d'origine au premier trimestre de 2018. Depuis le début de la crise de 2014, plus de 2,1 millions d'Iraquiens ont été déplacés et plus de 3,6 millions d'Iraquiens déplacés sont retournés dans leurs régions d'origine.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

En Iraq, l’ONU espère des élections législatives exemptes d’actes de terreur et d’intimidation

Alors que les forces de sécurité sont en train de nettoyer les dernières poches occupées par le groupe terroriste Daech en Iraq, le pays est désormais tourné vers les élections législatives du 12 mai prochain, a indiqué mardi le Représentant spécial de l’ONU dans le pays, Ján Kubiš.