L’ONU condamne le meurtre de trois professionnels des médias à la frontière entre l’Equateur et la Colombie

20 avril 2018

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a condamné vendredi l'enlèvement et le meurtre de trois professionnels des médias, confirmés le 13 avril, ainsi que l'enlèvement ultérieur de deux autres ressortissants équatoriens, à la frontière entre l’Equateur et la Colombie.

M. Guterres a exprimé ses condoléances aux familles des victimes et a exprimé sa sympathie et sa solidarité au gouvernement et au peuple équatoriens.

« Ces actes mettent en évidence les menaces que représentent les groupes criminels opérant à la frontière entre l'Équateur et la Colombie. À cet égard, le Secrétaire général se félicite de la coopération étroite entre les deux pays pour faire face à cette menace commune », a dit le porte-parole adjoint du Secrétaire général, Farhan Haq, dans une déclaration à la presse.

« Le Secrétaire général réitère la disponibilité des Nations Unies à soutenir les deux gouvernements dans les domaines jugés nécessaires », a ajouté son porte-parole adjoint.

Selon la presse, deux journalistes équatoriens de El Comercio et leur chauffeur avait été enlevés le 26 mars par des dissidents de l’ex-rébellion colombienne FARC, avant d’être assassinés. Le même groupe serait l’auteur de l’autre enlèvement de deux autres ressortissants équatoriens.

Samedi, l’UNESCO avait salué la décision des autorités équatoriennes de mener une enquête sur ces crimes. « Aucun effort ne doit être ménagé pour traduire leurs auteurs en justice », avait alors déclaré Audrey Azoulay, la Directrice générale de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.