L’allaitement maternel, priorité des priorités dans les établissements de santé

13 avril 2018

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l’UNICEF ont publié cette semaine de nouvelles orientations proposant dix mesures pour favoriser davantage l’allaitement maternel dans les établissements de santé dotés d’une maternité et d’un service de néonatalogie. ONU Info a donné la parole aux responsables de la nutrition des deux agences.

L’allaitement au sein de tous les nourrissons jusqu’à l’âge de deux ans permettrait de sauvait plus de 820 000 enfants de moins de cinq ans chaque année.

Ces orientations pratiques, intitulées Ten Steps to Successful Breastfeeding [Dix mesures en faveur d’un allaitement maternel réussi], qui s’inscrivent dans le cadre de l’initiative Hôpitaux amis des bébés lancée par les 2 organisations en 1991, encouragent les mères qui viennent d’accoucher à allaiter au sein et informent les agents de santé sur la meilleure façon de soutenir l’allaitement maternel.

L’allaitement maternel est essentiel pour la santé tout au long de la vie et il permet de diminuer les dépenses des établissements de santé, des familles et des pouvoirs publics. Dans l’heure qui suit la naissance, l’allaitement maternel protège le nouveau-né des infections et permet de sauver des vies. Quand ils sont allaités partiellement ou quand ils ne sont pas allaités du tout, les nourrissons risquent davantage de mourir d’une diarrhée et d’infections. L’allaitement maternel améliore également le QI et la maturité et l’assiduité scolaires, et il est associé à un revenu plus élevé à l’âge adulte. En outre, il réduit le risque de cancer du sein chez la mère.

10 mesures concrètes pour promouvoir l’allaitement maternel

Ces nouvelles orientations décrivent les mesures pratiques que les pays devraient prendre pour protéger, promouvoir et soutenir l’allaitement maternel dans les établissements où il y a une maternité et un service de néonatalogie. Elles fournissent immédiatement aux systèmes de santé un moyen d’aider les mères à débuter un allaitement au sein dès la première heure et à allaiter exclusivement au sein pendant six mois.

Elles précisent que les hôpitaux devraient disposer de politiques écrites en faveur de l’allaitement maternel, quelles sont les compétences que doit posséder le personnel et quels sont les soins prénatals et postnatals à prodiguer, dont le soutien à l’allaitement maternel. Elles recommandent également de faire un usage limité des substituts du lait maternel, de pratiquer le « rooming-in », qui consiste à placer la mère et le nouveau-né dans la même chambre, de prêter attention aux réactions du nouveau-né pendant les tétées, d’apprendre aux parents comment utiliser les biberons et les tétines et d’apporter un soutien au moment où les mères et les nouveau nés sortent de l’hôpital.