Maintien de la paix : António Guterres plaide pour un recentrage et un renforcement des opérations

28 mars 2018

Au cours d’un débat organisé mercredi matin par le Conseil de sécurité, le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a prôné un recentrage et un renforcement des opérations de maintien de la paix en vue de mettre fin aux attentes irréalistes qu’elles suscitent de toutes parts, aussi bien de la communauté internationale que des populations.

« Nous abîmons  l’instrument du maintien de la paix et aussi le multilatéralisme lui-même, en créant  des attentes irréalistes. Des vies et de la crédibilité sont perdues », a déclaré le Secrétaire général, pour qui une action collective est nécessaire dans trois domaines : un recentrage des opérations de maintien de la paix sur des attentes réalistes, un renforcement des opérations de maintien de la paix, qui doivent être plus sûres ; et une plus grande mobilisation en faveur de solutions politiques et pour des forces bien structurées, bien équipées et bien entraînées. 

Comme un saut qualitatif dans l’engagement est nécessaire, le chef de l'ONU a annoncé le lancement d’une nouvelle initiative « Action pour le maintien de la paix », qui doit mobiliser tous les partenaires et acteurs afin de « soutenir cette grande entreprise des Nations Unies qu’est le maintien de la paix », alors que celui-ci célèbre son soixante-dixième anniversaire.

Cette initiative, pour laquelle le Secrétaire général a remercié les Pays-Bas et la Côte d’Ivoire, sera mise au point à l’occasion d’un événement parallèle lors de la session de haut niveau de la prochaine Assemblée générale, a-t-il expliqué, souhaitant un accord formel « d’ici à la fin de l’année ».

Le Secrétariat a déjà mis en mouvement ce changement, a affirmé M. Guterres. L'objectif est de disposer de Casques bleus bien entraînés et bien équipés, plus mobiles et proactifs face aux dangers. Il a également rappelé qu’il avait lancé une nouvelle approche face à l'exploitation et aux abus sexuels, afin d’offrir aux victimes des voies claires pour faire part de leurs allégations et de travailler avec les pays fournisseurs de contingents sur la manière de les traiter. Il s’est dit encouragé à cet égard par le fait que 90 États ont signé le Pacte pour la prévention de l’exploitation et des abus sexuels. 

Des Casques bleus de la MONUSCO patrouillent à Uvira dans le Sud-Kivu, en RDC (archives). Photo :MONUSCO/Force

La solution politique, ultime objectif

« Les opérations de maintien de la paix ne peuvent pas réussir si elles sont déployées en lieu et place d’une solution politique, plutôt que pour soutenir une telle solution », a déclaré M. Guterres, qui a rappelé que les opérations de paix des Nations Unies opéraient aujourd’hui dans un environnement beaucoup plus dangereux, menacées par des groupes armés, criminels ou terroristes, qui disposent d’armes modernes.

Le Secrétaire général a fait valoir que les Nations Unies, quand elles agissent pour le meilleur, sont une remarquable entreprise de multilatéralisme et de solidarité internationale, citant comme exemple d’opérations de maintien de la paix réussies la Namibie, le Sierra Leone, le Libéria, le Cambodge, le Timor-Leste ou encore El Salvador, ainsi que la Côte d’Ivoire, hier encore hôte d’une mission de maintien de la paix et aujourd’hui membre élu du Conseil de sécurité. 

Mais, a poursuivi Antonio Guterres, nous savons tous que les opérations de maintien de la paix sont confrontées à de sérieuses difficultés, et notamment quatre des plus importante d’entre elles : le Mali, la République démocratique du Congo, la République centrafricaine et le Soudan du Sud.

Les Casques bleus sont souvent sous-équipés, insuffisamment préparés face à de tels environnements. Nos Casques bleus sont vulnérables et ce sont des cibles, a poursuivi M. Guterres, qui a fait état de 59 Casques bleus tués l’an passé, contre 34 en 2016, des « chiffres inacceptables pour nous tous ». Il a donc annoncé qu’en hommage à ceux qui sont tombés, il passerait la Journée internationale des Casques bleus au Mali, pays où le plus grand nombre de Casques bleus ont été tués l’an dernier, et 140 depuis 2013.

Photo ONU/Sylvain Liechti
Des Casques bleus tchadiens en patrouille dans les rues de Kidal, au Mali, en décembre 2016.

Six demandes immédiates

Le Secrétaire général a présenté « six demandes immédiates » aux États Membres.

Il a d’abord demandé aux États membres du Conseil de sécurité de rationaliser et affiner les mandats de missions. "Il faut mettre fin aux mandats qui ressemblent à un arbre de Noël », a-t-il déclaré « Noël, c’est terminé », a-t-il lancé, faisant observer que la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) « ne peut pas plausiblement mettre en œuvre les 209 points de son mandat ».

Il a ensuite appelé les États Membres à soutenir leur engagement politique et à pousser à des solutions politiques, y compris par le biais de la diplomatie bilatérale et des sanctions quand cela est nécessaire. « Une opération de maintien de la paix n’est ni une armée, ni une force anti-terroriste, ni une agence humanitaire, c’est un outil qui vise à créer une espace pour une solution politique nationale », a déclaré M. Guterres.

En troisième lieu, le Secrétaire général a demandé le renforcement des partenariats avec les organisations régionales. Il a rendu hommage à l’Union africaine, « un de nos principaux partenaires », et a jugé indispensables les partenariats politiques, notamment quand une opération de maintien de la paix des Nations Unies est déployée avec le partenariat d’organisations régionales, comme c’est le cas au Soudan du Sud. Ces partenariats sont notamment essentiels pour les opérations d’imposition de la paix et les missions de lutte contre le terrorisme, a poursuivi le Secrétaire général.

En quatrième lieu António Guterres a appelé les responsables du maintien de la paix et leur personnel, civil, militaire et policier, à se tenir prêts à remplir leur mission, sans que les contraintes imposées par les pays fournisseurs de contingents ou de personnel de police n’entravent les opérations et tout en améliorant le niveau de formation et de préparation des soldats de la paix, afin que ces derniers aspirent aux normes les plus élevées dans tous les domaines. 

Cinquièmement, le Secrétaire général a demandé aux États membres d’assumer les responsabilités et de faire correspondre les ressources humaines et financières avec les mandats. Tout en se disant  partisan de la rigueur budgétaire il a cité des exemples criants de manques de moyens de certaines missions, notamment la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA)

Enfin, M. Guterres a appelé les pays hôtes à apporter leur plein consentement et leur coopération active aux opérations de maintien de la paix, ce qui suppose aussi de poursuivre en justice les auteurs d’attaques contre le personnel de ces missions.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : le Conseil de sécurité proroge d’un an le mandat de la MONUSCO

Le Conseil de sécurité a décidé, mardi matin, de proroger jusqu’au 31 mars 2019 le mandat de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) en lui fixant comme priorités stratégiques d’assurer la protection des civils et d’appuyer la mise en œuvre de l’Accord du 31 décembre 2016 et du processus électoral.