En RDC : l’ONU et la province du Tanganyika renforcent leur coopération pour mieux aider les personnes déplacées

13 mars 2018

Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires, Mark Lowcock, est arrivé mardi à Kalemie, dans la province du Tanganyika.

L’objectif de la visite de M. Lowcock qui est également Coordonnateur des secours d’urgence des Nations Unies, est d’évaluer les besoins humanitaires des personnes déplacées internes vivant dans la région.

A l’issue de la mission, un protocole d’accord entre la communauté humanitaire et le gouvernement provincial du Tanganyika a été signé. Par ce protocole, les deux parties s’engagent à œuvrer pour une solution durable aux problèmes que rencontrent les personnes déplacées internes dans la région.

Parmi les problèmes évoqués, se retrouvent ceux liés à la sécurité dans les milieux d’origine, à la santé et à l’éducation des enfants.  Le Gouverneur de la province du Tanganyika, Richard Ngoy Kitangala, s'est dit encouragé par la signature de ce protocole.

«Nous espérons que cet accord va contribuer de manière significative à renforcer la coordination et l’harmonie dans la réalisation des actions humanitaires ou de développement que nous sommes appelés  à poser en faveur des personnes affectées», espère le gouverneur de la province du Tanganyika, Richard Ngoy Kitangala.

Cette signature intervient après la visite du Secrétaire général adjoint et de sa délégation dans les deux camps de déplacés de Katanika et de Kalunga. Au total, environ 9.000 ménages de Katanika et 13.000 autres de Kalunga ont exprimé des besoins d’assistance.

La Coordonnatrice humanitaire des Nations Unies en RDC, et signataire du protocole d’accord, Kim Bolduc, a salué cette coopération renforcée. Elle  se réjouit de l’intégration de la dimension de développement contenu dans cet accord.
 
«Je vous remercie de donner autant d’importance au développement. Là nous partageons une conviction commune. Nous ne pouvons pas avoir l’action humanitaire sans nous préoccuper du développement. C’est le futur de la province et du pays», a estimé Kim Bolduc.

( via Francois-Xavier Mybe, correspondant de Radio Okapi à Kalemie).