Sahel : la communauté internationale est déterminée à aider cette région à lutter contre le terrorisme (ONU)

23 février 2018

Dans un message vidéo diffusé à la Conférence internationale de haut niveau sur le Sahel, vendredi à Bruxelles, en Belgique, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a souligné que la communauté internationale était déterminée à aider les gouvernements et les peuples de cette région d’Afrique à prévenir l’extrémisme violent et à lutter contre le terrorisme et la criminalité organisée.

« La Force conjointe du G5 Sahel est appelée à jouer un rôle crucial dans le règlement des problèmes multidimensionnels et interdépendants auxquels le Sahel fait face. Il est également essentiel de renforcer les programmes prévus dans la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel, qui offre un cadre général visant à renforcer la gouvernance, la résilience et la sécurité », a dit M. Guterres dans ce message vidéo.

« En unissant nos forces, nous – les pays du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad), l’Union africaine, l’Union européenne et l’Organisation des Nations Unies – pouvons instaurer la paix, la stabilité et la prospérité dans la région », a-t-il ajouté.

Message du Secrétaire général de l’ONU à la Conférence sur le Sahel à Bruxelles

 

Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, qui participait à la conférence, a souligné pour sa part que les Nations Unies, en liaison avec leurs partenaires, se sont mises « en ordre de marche » pour pouvoir commencer dès à présent à soutenir la force du G5 à travers la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), en accord avec la résolution 2391 du Conseil de sécurité.

Il s’est félicité que les arrangements nécessaires aient été finalisés avec le G5 et l’Union Européenne, en partenariat avec l’Union africaine.

« Nous appelons les Etats, dans le cadre des contributions qu’ils feront à la Force du G5, à soutenir financièrement l’appui que lui donnera la MINUSMA et qui peut réellement renforcer les capacités opérationnelles de la Force. Nous appelons aussi les Etats à contribuer au renforcement des capacités opérationnelles de la MINUSMA, notamment dans le domaine des moyens aériens », a ajouté M. Lacroix. « Par ailleurs, les Nations Unies s’inscrivent dans la dynamique internationale de soutien au renforcement du Secrétariat permanent du G5 et de son fonds fiduciaire ».

Le Secrétaire général adjoint s’est aussi félicité que l’impératif de plein respect des droits de l’homme et du droit international humanitaire soit pleinement pris en compte par les pays du G5 et a réitéré la disponibilité des Nations Unies à continuer à apporter leur soutien à cet égard.

M. Lacroix a par ailleurs estimé qu’au-delà de la nécessaire réponse sécuritaire au défi du terrorisme au Sahel, une approche globale et intégrée des facteurs d’instabilité est nécessaire. « Les Nations Unies se mobilisent dans le cadre d’une stratégie unifiée pour soutenir les actions visant à répondre aux attentes des populations en matière d’Etat de droit et de développement », a-t-il dit. « La réalisation de progrès rapides dans la mise en œuvre de l’accord de paix au Mali est une condition essentielle du retour de la stabilité non seulement dans ce pays, mais également dans l’ensemble de la région sahélienne ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Afrique de l'Ouest : la situation sécuritaire reste très préoccupante malgré des progrès, selon l'ONU

En dépit de progrès réalisés en Afrique de l'Ouest et au Sahel, notamment en matière de transitions démocratique et politique pacifiques, la situation sécuritaire dans la région demeure une source de grave préoccupation, a déclaré devant le Conseil de sécurité le Représentant spécial du Secrétaire général pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel, Mohamed Ibn Chambas.