Somalie : la crise due à la sécheresse est loin d’être terminée, selon l’ONU

19 février 2018

Le Coordonnateur humanitaire des Nations Unies en Somalie, Peter de Clercq, a salué les efforts des autorités de l'Etat du Puntland, dans le nord du pays, pour faire face à l’impact de la sécheresse tout en mettant en garde contre le fait que la crise humanitaire actuelle est loin d'être terminée.

« Nous avons fait le point, avec les dirigeants du [Puntland], sur la réponse à la sécheresse jusqu'à maintenant, en rappelant ce qui a été une bonne année en termes de coopération étroite et d'efforts d’assistance face à la sécheresse », a déclaré M. de Clercq samedi à Garowe, la capitale du Puntland, à la suite d'une série de rencontres avec des responsables, dont le Président de l'Etat, Abdiwali Mohamed Ali.

« En même temps, nous avons parlé des défis restants parce que tout n’est pas réglé », a-t-il ajouté.

M. de Clercq, qui est également le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général pour la Somalie, s’est rendu au Puntland pour rencontrer les responsables de la sécurité, de la planification et des affaires humanitaires du gouvernement local ainsi que des représentants d'organisations de la société civile pour discuter de la réponse actuelle à la sécheresse et d'autres défis auxquels est confrontée la région.

Peter de Clercq, le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général pour la Somalie rencontre des résidents du village de Salaxley frappé par la sécheresse
Photo ONU/Ilyas Ahmed
Peter de Clercq, le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général pour la Somalie rencontre des résidents du village de Salaxley frappé par la sécheresse

 

S’agissant de la réponse collective à la sécheresse qui affecte le Puntland et le reste de la Somalie depuis un certain temps, M. de Clercq a déclaré que même si 2017 a été une bonne année en termes de coopération étroite pour éviter le pire, des efforts supplémentaires seraient nécessaires.

Il a ajouté que, dans des endroits comme Sool et Sanaag, il y avait encore des besoins massifs et une forte possibilité que des conditions de type famine se développent. Les deux endroits, situés à l'extrémité nord-est de la Corne de l'Afrique, font partie d'une région contestée revendiquée à la fois par le Puntland et le ‘Somaliland’ voisin.

Atténuer les effets de la sécheresse et aider les personnes déplacées ont été l'un des principaux sujets abordés lors de la réunion du responsable des Nations Unies avec le Président Mohamed Ali. « Notre discussion a été franche, sincère, et très fructueuse », a ensuite noté le Président.

À la fin de la visite, qui a inclus des discussions aux ministères de la sécurité et de la planification, M. de Clercq a déclaré qu'il était important de trouver les bonnes ressources au bon endroit et de travailler avec les bons partenaires, telles que les autorités du Puntland, et de réfléchir aux facteurs de long terme.

« Nous essayons d'aborder les causes sous-jacentes de la crise, comme l'insécurité alimentaire et la diminution du bétail, et de penser à des alternatives pour que les gens puissent gagner leur vie et reconstruire leur vie », a-t-il dit.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.