Syrie : la situation humanitaire dans la Ghouta orientale est devenue incontrôlable (ONU)

20 février 2018

La situation humanitaire des civils dans la région de la Ghouta orientale, en Syrie, est en train d'échapper à tout contrôle, a averti un haut responsable des Nations Unies à la suite des affrontements qui ont causé lundi la mort de plus de 40 civils et blessé plus de 150 autres dans l’enclave rebelle assiégée par les forces gouvernementales.

« Je suis profondément alarmé par l'escalade extrême des hostilités dans la Ghouta orientale », a déclaré le Coordinateur humanitaire régional des Nations unies pour la crise syrienne, Panos Moumtzis, dans un communiqué de presse.

Des centaines de civils, dont beaucoup de femmes et d'enfants, ont perdu la vie ou ont été blessés dans des frappes aériennes et des bombardements depuis novembre. Des rapports quotidiens font état de civils tués et d'autres grièvement blessés, ainsi que d'entrepôts, hôpitaux et écoles endommagés ou détruits.

L'escalade récente de la violence aggrave une situation humanitaire déjà précaire pour les 393.000 habitants de la Ghouta orientale, dont beaucoup sont des déplacés internes, et qui représentent 94% de tous les Syriens vivant aujourd'hui en état de siège.

« La situation humanitaire des civils dans la Ghouta orientale devient incontrôlable », a averti M. Moumtzis, notant que le manque d'accès aux zones assiégées a entraîné de graves pénuries alimentaires et une forte hausse des prix alimentaires. Les taux de malnutrition atteignent aujourd'hui des niveaux sans précédent et le nombre de personnes nécessitant des évacuations médicales continue d'augmenter.

« Nous continuons d'appeler à un accès inconditionnel, sans entrave et durable à près de 3 millions de personnes dans des zones assiégées et difficiles à atteindre en Syrie, y compris la Ghouta orientale, et exhortons toutes les parties au conflit à respecter strictement leurs obligations en vertu du droit international humanitaire », a-t-il dit.

Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) a également manifesté mardi dans un communiqué laconique sa colère face aux violents combats dans la Ghouta orientale.

Le communiqué d’une phrase de deux lignes qui est signé par Geert Cappalaere, le Directeur du Bureau régional de l’UNICEF au Moyen-Orient, est suivi par dix lignes vides pour dénoncer la souffrance des populations syriennes piégées par sept années de conflit.

Intitulé « Pertes humaines massives », ce communiqué joue sur le symbole de la feuille blanche pour décrire ce que l’UNICEF ressent face au drame de la Ghouta orientale. « Aucun mot ne rendra justice aux enfants tués, à leurs mères, leurs pères, à ceux qui leur sont chers », a écrit M. Cappalaere.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Syrie : l’ONU réclame un accès humanitaire aux zones assiégées

Le Coordonnateur humanitaire des Nations Unies en Syrie, Ali Al-Za’tari, a réclamé vendredi un accès aux zones assiégées dans le pays pour pouvoir fournir l’assistance dont la population a besoin et a réitéré la demande d’une trêve humanitaire d’un mois.