Syrie : l’OIAC poursuit ses enquêtes sur les allégations d’utilisation d’armes chimiques

7 février 2018

L’Organisation internationale pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) a annoncé mercredi à La Haye étudier toutes les « allégations crédibles » récentes sur l’utilisation d’armes chimiques en Syrie.

L’Organisation internationale pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) a annoncé mercredi à La Haye étudier toutes les « allégations crédibles » récentes sur l’utilisation d’armes chimiques en Syrie.

« Les allégations récentes concernant l’utilisation d’armes chimiques en Syrie continuent d’être une source de vive préoccupation pour l’OIAC », a indiqué dans un communiqué cette organisation internationale partenaire de l’ONU basée à La Haye.

La Mission d’établissement des faits de l’OIAC, dont le mandat est « d’établir les faits et d’enquêter sur les allégations d’utilisation de produits chimiques comme armes et d’identifier la substance utilisée ... à des fins hostiles en République arabe syrienne », examine présentement toutes les allégations crédibles et soumet régulièrement des rapports aux États parties de la Convention sur l’interdiction des armes chimiques (CWC).

A cet égard, l’institution rappelle qu’une méthodologie rigoureuse est ainsi utilisée pour mener une enquête sur l’utilisation présumée d’armes chimiques. Le rapport de la Mission tiendra compte de la corroboration des témoignages, des recherches effectuées, des rapports médicaux et tout autre document pertinent ainsi que des échantillons obtenus par la Mission. La Mission note qu’elle travaille en étroite collaboration avec les États parties, y compris le gouvernement de la République arabe syrienne.

Le mandat de la Mission d’établissement des faits est de déterminer si des armes chimiques ou des produits chimiques toxiques ont été utilisés en Syrie, mais cela n’inclut pas d’établir les responsabilités des attaques présumées.

« Toute utilisation d’armes chimiques est une violation de la Convention sur les armes chimiques et de la norme internationale durement gagnée qui interdit ces armes », a réitéré le Directeur général de l’OIAC, Ahmet Üzümcü, cité dans le communiqué. « Les responsables de leur utilisation doivent rendre des comptes. Ces armes abominables n’ont pas leur place dans le monde d’aujourd’hui ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Syrie : l'ONU réclame une trêve humanitaire pendant au moins un mois

Des hauts responsables des Nations Unies en Syrie ont mis en garde mardi contre la grave crise humanitaire qui frappe plusieurs régions du pays et ont appelé les belligérants à cesser immédiatement les combats pour que l'aide puisse atteindre les personnes dans le besoin.