RDC : l'ONU préoccupée par la violente répression de manifestations

1 janvier 2018

Le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'est dit préoccupé par les informations faisant état d'une violente répression de manifestations par les forces nationales de sécurité à Kinshasa et dans certaines villes de la République démocratique du Congo (RDC), faisant au moins cinq morts, plusieurs blessés et entraînant l'arrestation de plus de 120 personnes.

“Le Secrétaire général appelle le gouvernement et les forces nationales de sécurité à faire preuve de retenue et à respecter les droits du peuple congolais aux libertés d'expression et de manifester pacifiquement”, a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse publiée dimanche soir.

M. Guterres “exhorte tous les acteurs politiques congolais à demeurer pleinement engagés à la mise en œuvre de l'Accord politique du 31 décembre 2016 qui demeure l'unique voie viable devant mener à la tenue d'élections, à une alternance pacifique du pouvoir et à la consolidation de la stabilité en République démocratique du Congo”, a-t-il ajouté.

Selon la presse, les manifestants protestaient contre le maintien au pouvoir du Président Joseph Kabila, alors qu'un accord signé il y a un an prévoyait des élections fin 2017 pour organiser le départ de M. Kabila, dont le mandat s'est achevé en décembre 2016.

M. Kabila a assuré que la publication de l'échéancier qui prévoit la tenue de la présidentielle au 23 décembre 2018 «conduit de manière irréversible vers l'organisation des élections».

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : l'Algérienne Leila Zerrougui nommée chef de la MONUSCO

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a annoncé la nomination de l'Algérienne Leila Zerrougui à la tête de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO).