Afghanistan : l'ONU condamne une attaque sanglante à Kaboul

27 janvier 2018

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a fermement condamné samedi une attaque à l'explosif meurtrière à Kaboul, la capitale de l'Afghanistan, qui a été revendiquée par les Taliban.

« Les attaques aveugles contre les civils sont de graves violations des droits de l'homme et du droit international humanitaire et ne peuvent jamais être justifiées. Les responsables de l'attaque d'aujourd'hui doivent être traduits en justice », a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse.

Le Secrétaire général a adressé ses plus sincères condoléances aux familles des victimes et a souhaité un prompt rétablissement aux blessés. Il a exprimé sa solidarité avec le gouvernement et le peuple afghans.

Dans une déclaration à la presse, le Conseil de sécurité a fermement condamné « cette attaque terroriste haineuse et lâche ».

Les membres du Conseil ont exprimé leur sincère sympathie et leurs condoléances aux familles des victimes et au gouvernement d’Afghanistan.

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour l'Afghanistan, Tadamichi Yamamoto, a également vivement condamné l'attaque qui a eu lieu dans une rue animée du centre de Kaboul.

« L'attaque d'aujourd'hui n'est rien d'autre qu'une atrocité, et ceux qui l'ont organisée et rendue possible doivent être traduits en justice et rendre des comptes », a dit M. Yamamoto dans une déclaration à la presse publiée par la Mission des Nations Unies en Afghanistan (MANUA).

Selon la presse, la bombe placée dans une ambulance a provoqué une énorme explosion qui a tué au moins 95 personnes et blessé au moins 158 autres. Cette attaque intervient quelques jours après celle ayant visé l'hôtel Intercontinental à Kaboul.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Afghanistan : l'ONU condamne une attaque contre des civils à l'hôtel Intercontinental à Kaboul

La Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) a condamné dimanche l'attaque revendiquée par les Taliban à l'hôtel Intercontinental de Kaboul qui a fait au moins six morts parmi les civils, dont une femme, et au moins trois blessés.