Libye : l'envoyé de l'ONU met en garde contre un statu quo qui n'est pas tenable

17 janvier 2018

Le statu quo en Libye n'est pas tenable, a prévenu le Représentant spécial du Secrétaire général pour ce pays, Ghassan Salamé, qui a rappelé au Conseil de sécurité la persistance de la violence malgré des signes encourageants d'amélioration.

Récemment, une importante cargaison d'explosifs a été saisie par des garde-côtes grecs, en dépit de la sévérité de l'embargo sur les armes pourtant en vigueur en Libye.

« Une arme de plus dans un pays où en circulent déjà 20 millions est une arme de trop », a résumé M. Salamé, qui est également le Chef de la Mission des Nations Unies pour la Libye (MANUL).

Au cours du mois écoulé, des affrontements ont éclaté près de la frontière avec la Tunisie entre des forces affiliées à deux communautés rivales, tandis que la zone à l'est de Tripoli reste un point chaud et que les tensions sont vives autour de Derna, a-t-il précisé.

« Des hommes, des femmes et des enfants continuent d'être tués ou blessés lors de tirs croisés et d'attaques aveugles, les groupes armés se livrant à des affrontements dans des zones résidentielles », a déploré le Représentant spécial.

Dans ce contexte sécuritaire à hauts risques, M. Salamé a estimé que le « Plan d'action des Nations Unies en vue de la reprise d'un processus politique sans exclusive pris en main par les Libyens » fournissait la feuille de route idoine pour rétablir la stabilité dans le pays et mettre en œuvre l'Accord politique libyen.

Mais la transition en cours ne prendra fin qu'avec l'adoption d'une Constitution, dont le texte préparé par l'Assemblée constituante fait actuellement l'objet d'un examen juridique, a souligné le haut fonctionnaire.

De ce cadre constitutionnel, et de législations adéquates, dépendent la tenue d'élections crédibles plus tard cette année et la formation d'un gouvernement en mesure de répondre aux attentes des citoyens. M. Salamé s'est toutefois félicité des avancées réalisées dans l'actualisation des listes électorales.

Autre tâche prioritaire fixée par le Plan d'action supervisé par les Nations Unies, la réconciliation nationale, qui suppose de ramener graduellement dans le « giron politique » les principaux acteurs et groupes précédemment marginalisés, a poursuivi le Représentant spécial.

La crise humanitaire qui sévit en Libye continue également de toucher les migrants en partance pour l'Europe, a rappelé M. Salamé. Il a condamné les « marchés aux esclaves » et les conditions de détention « inhumaines » observées dans certains centres de transit, et les sévices auxquelles ces populations vulnérables sont soumises.

Il a attiré l'attention des membres du Conseil sur le groupe de travail créé par l'Union africaine, l'Union européenne et l'ONU, qui a permis d'assurer le retour volontaire, dans leur pays d'origine, de milliers de migrants.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le chef des affaires politiques de l'ONU en visite en Libye

Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires politiques, Jeffrey Feltman, se trouvait mercredi en Libye pour discuter avec les dirigeants libyens comment l'Organisation peut renforcer son soutien au pays pour l'aider à achever sa transition politique.