Le chef de l'ONU reste convaincu de l'utilité de l'accord nucléaire avec l'Iran

17 janvier 2018

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, s'est félicité du deuxième anniversaire, le 16 janvier 2018, de la mise en œuvre de l'accord sur le programme nucléaire iranien.

« Ceci marque une nouvelle étape importante dans l'accord historique conclu entre E3/UE + 3 et l'Iran, et entériné par le Conseil de sécurité dans sa résolution 2231 (2015) », a dit le porte-parole du Secrétaire général dans une déclaration à la presse en référence à l'accord entre l'Iran d'un côté et la Chine, la France, la Russie, le Royaume-Uni, les Etats-Unis, l'Allemagne et l'Union européenne de l'autre.

« Le Plan d'action global commun (JCPOA) constitue une réalisation majeure de la non-prolifération et de la diplomatie nucléaires et a contribué à la paix et à la sécurité régionales et internationales », a-t-il ajouté.

L'accord fixe des limites précises au programme nucléaire iranien en échange d'un allègement des sanctions pétrolières, commerciales et financières.

Selon le porte-parole, le Secrétaire général de l'ONU reste « convaincu » que l'accord « est le meilleur moyen d'assurer la nature exclusivement pacifique du programme nucléaire iranien et de réaliser les avantages économiques tangibles promis au peuple iranien ».

Il a noté que l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a confirmé à plusieurs reprises que l'Iran remplissait ses engagements liés au nucléaire dans le cadre de l'accord.

« Le Secrétaire général demande que les problèmes liés à sa mise en œuvre soient réglés par le biais des mécanismes établis par l'accord. Je pense que les questions qui ne sont pas directement liées au Plan d'action devraient être traitées sans porter préjudice à l'accord et ses réalisations », a encore dit son porte-parole.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.