RDC : l'ONU nomme un général nigérian à la retraite pour enquêter sur un incident dans le Sud-Kivu en septembre

17 janvier 2018

Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, a demandé au Lieutenant-Général, Chikadibia Isaac Obiakor, du Nigéria, de diriger une enquête spéciale sur l'incident qui s'est produit au Sud-Kivu, en République démocratique du Congo (RDC) en septembre.

Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, a demandé au Lieutenant-Général, Chikadibia Isaac Obiakor, du Nigéria, de diriger une enquête spéciale sur l'incident qui s'est produit le au Sud-Kivu, en République démocratique du Congo (RDC).

Le 15 septembre 2017, 37 réfugiés burundais et un militaire congolais avaient été tués lors de violences qui avaient éclatées à Kamanyola près d'une base de la Mission de l'ONU en RDC (MONUSCO).

L'enquête spéciale menée par cet officier supérieur de l'armée nigériane à la retraite examinera les défis auxquels est confrontée la MONUSCO dans l'exercice de son mandat de protection des civils. L'enquête formulera également des recommandations sur l'amélioration des performances des troupes de l'opération onusienne en RDC.

Le Lieutenant-Général Obiakor a mené une longue et brillante carrière au sein de l'armée nigériane. Il a également servi au sein de l'ONU, d'abord comme Commandant de la Force de la Mission des Nations Unies au Libéria (MINUL) de 2006 à 2008, puis comme Conseiller militaire pour les opérations de maintien de la paix au Siège de l'Organisation à New York de 2008 à 2010.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : le HCR appelle le gouvernement à protéger les réfugiés burundais après des meurtres tragiques au Sud-Kivu

L'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a appelé mardi le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) à assurer la protection des réfugiés et des demandeurs d'asile, après un épisode choquant de tirs à Kamanyola le 15 septembre, lors duquel au moins 39 personnes ont été tuées et 94 autres blessées.