Migrations : un forum ONU-OCDE à Paris discute comment améliorer la collecte et l'utilisation des données

15 janvier 2018

Des responsables d'organisations internationales, des experts politiques, des statisticiens et des représentants de la société civile sont réunis à Paris pour discuter comment améliorer la collecte et l'utilisation des données sur les flux migratoires afin de contribuer à une meilleure élaboration des politiques.

Organisé conjointement par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) et le Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies (DESA), le premier Forum international sur les statistiques des migrations doit examiner les innovations en matière de collecte de données et de renforcement des capacités des pays en développement à produire et améliorer les statistiques sur les migrations.

« Il est important que nous parlions aujourd'hui du besoin fondamental de meilleures données sur les migrations », a déclaré le Directeur général de l'OIM, William Lacy Swing, à l'ouverture de ce forum lundi.

« Nous devons d'urgence engager un dialogue sur un plan d'action global, un plan permettant aux décideurs politiques et d'autres acteurs de disposer d'une analyse complète des données et des statistiques nationales, régionales et mondiales sur les tendances migratoires, un phénomène aussi ancien que l'humanité et aujourd'hui l'un des phénomènes déterminants de notre époque », a-t-il ajouté.

Se poursuivant jusqu'à mardi, le Forum doit discuter des améliorations à apporter à la production et à l'utilisation des données sur les migrations et comment surmonter les défis rencontrés.

Également à l'ordre du jour, une séance sera consacrée à l'étude des perceptions de l'opinion publique sur les migrations et les migrants, et sur la manière dont celles-ci peuvent changer grâce à des faits bien communiqués.

Dans une autre déclaration, M. Swing a souligné que des données sur les migrations précises et complètes étaient essentielles. « Nous constatons que sans accès à des données fiables, complètes et globales, la gestion de la politique migratoire devient un jeu de bluff », a-t-il souligné.

Toutefois, a-t-il ajouté, malgré les efforts déployés par les gouvernements et la communauté internationale, des « lacunes importantes » dans les données sur les migrations subsistent à l'échelle mondiale.

Les recensements nationaux de la population - traditionnellement la principale source de données sur les migrations - sont peu fréquents et ne peuvent donc pas fournir des informations opportunes. En outre, les migrants, en particulier ceux qui sont en situation irrégulière, sont souvent absents des enquêtes auprès des ménages ou sont difficiles à suivre à travers les données d'origine administrative.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Migrations : le chef de l'ONU appelle à se concentrer sur les aspects positifs

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a appelé jeudi à se concentrer sur les aspects « largement positifs » des migrations, à l'occasion de la publication d'un rapport intitulé 'Rendre les migrations bénéfiques pour tous'.