Le Haut-Commissariat aux droits de l'homme dénonce des propos « choquants » prêtés au Président américain

12 janvier 2018

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a dénoncé vendredi des propos « choquants et honteux » prêtés au Président des Etats-Unis, Donald Trump, qui aurait qualifié Haïti et des pays africains de « pays de merde ».

Selon plusieurs médias américains, le Président s'est emporté lors d'une réunion avec des parlementaires sur l'immigration. Donald Trump a démenti avoir tenu ces propos.

"S'ils sont confirmés, ce sont des propos choquants et honteux de la part du Président des Etats-Unis. Désolé, il n'y a pas d'autre mot à utiliser que 'raciste' », a dit le porte-parole du HCDH, Rupert Colville, lors d'une conférence de presse à Genève.

« Vous ne pouvez pas exclure des pays et des continents entiers en les qualifiant de 'pays de merde', dont les populations, qui ne sont pas blanches, ne sont donc pas les bienvenues. Le commentaire positif sur la Norvège rend le sentiment sous-jacent très clair », a-t-il ajouté.

« Ce n'est pas seulement une question de langage vulgaire, c'est ouvrir la porte au pire aspect de l'humanité, c'est valider et encourager le racisme et la xénophobie », a-t-il encore dit.

De son côté le porte-parole du Secrétaire général de l'ONU n'a pas souhaité faire de commentaire sur une réunion à caractère privée. Il a toutefois rappelé le discours du chef de l'ONU jeudi à l'occasion de la présentation d'un rapport sur les migrations.

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a appelé jeudi à se concentrer sur les aspects « largement positifs » des migrations, à l'occasion de la publication d'un rapport intitulé 'Rendre les migrations bénéfiques pour tous'.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le chef des droits de l'homme de l'ONU exhorte les Etats à lutter contre les crimes motivés par la haine

A la veille de la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a exhorté les Etats à redoubler d'efforts pour lutter contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie, et les discours et crimes motivés par la haine.