Au Libéria, l'héritage d'Ellen Johnson Sirleaf est très lié à celui de la Mission de l'ONU

28 décembre 2017

L'héritage d'Ellen Johnson Sirleaf, la Présidente sortante du Libéria, est lié à celui de la Mission des Nations Unies dans le pays (MINUL), qui s'achève fin mars après 15 ans de présence, a déclaré un haut responsable de l'ONU.

Dans un entretien accordé à ONU Info, le chef de la MINUL, Farid Zarif, a déclaré que les Casques bleus, en collaboration avec les autorités nationales, sont parvenus à rétablir la paix et stabilité, à reconstruire le pays, ouvrant ainsi la voie à une croissance économique renouvelée.

« Nous sommes très confiants qu'après le départ de la MINUL, le Libéria sera dans une meilleure situation pour relever les défis de l'avenir », malgré les vulnérabilités et les fragilités persistantes, a déclaré M. Zarif.

Le Libéria est un pays très riche doté de nombreuses ressources naturelles, a souligné le responsable onusien. Avec une gestion améliorée de ces ressources, une diversification de l'économie et le soutien de la communauté internationale, le pays dispose d'un potentiel, a-t-il ajouté.

« Mme Sirleaf devrait être créditée pour avoir fourni une vision pour l'avenir. Et si des éléments de cette vision sont mis en œuvre, le Libéria deviendra bientôt une société autosuffisante », a déclaré M. Zarif.

Elue Présidente du Libéria en 2006, Mme Sirleaf quittera ses fonctions en janvier après avoir accompli deux mandats. Les Libériens attendent toujours l'annonce officielle de son successeur après le deuxième tour de scrutin organisé mardi.

L'ancien Président nigérian, Olusegun Obasanjo, membre du Conseil consultatif de haut niveau sur la médiation du Secrétaire général de l'ONU, doit arriver vendredi à Monrovia, la capitale. Le Secrétaire général, António Guterres, a demandé à M. Obasanjo de se rendre au Libéria dans le cadre des bons offices des Nations Unies pour aider à une transition ordonnée et pacifique du pouvoir.

Ce serait la première fois qu'un dirigeant démocratiquement élu au Libéria cède le pouvoir à un autre en plus de 70 ans.

Avant le second tour de la présidentielle du 26 décembre, ainsi que le premier tour de scrutin du 10 octobre, la MINUL a appuyé les responsables électoraux nationaux, allant même jusqu'à livrer des bulletins de vote par avion.

D'autres services de l'ONU ont également fourni une assistance technique à la tenue des élections. Toutes les responsabilités en matière de sécurité ont été transférées aux responsables libériens en juin de l'année dernière.

La MINUL a également mené des activités de bons offices en réunissant des dirigeants locaux, des organisations confessionnelles, des médias, des femmes et des jeunes, entre autres.

« Nous avons pensé que sur la base des expériences passées sur la violence, nous devons vraiment investir dans la diplomatie préventive », a déclaré M. Zarif. « Ensemble, nous avons très bien réussi à éviter toutes les formes de violence ».

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Libéria : le chef de l'ONU espère que la volonté du peuple sera respectée

António Guterres, a salué le déroulement pacifique du deuxième tour de l'élection présidentielle au Libéria.