La température de l'Arctique croît deux fois plus vite que la moyenne mondiale (ONU)

21 décembre 2017

En 2017, l'Arctique a continué de se réchauffer à un rythme deux fois plus élevé que la température mondiale, révèle l'ONU.

Ce réchauffement rapide a provoqué des températures de l'air à des niveaux parmi les plus élevés de l'histoire et des températures océaniques supérieures à la moyenne et a eu des impacts divers sur les humains, les océans et les écosystèmes.

Les mois entre janvier à novembre indiquent que 2017 sera la troisième année la plus chaude jamais enregistrée, derrière 2016 et 2015, et devrait être la plus chaude en l'absence du phénomène El Niño, prédit l'Organisation météorologique mondiale (OMM). La couverture de glace marine de l'Arctique et de l'Antarctique demeure à des plus bas pratiquement records.

« Ce qui est important, plus que le classement d'une année donnée, c'est la tendance générale et, à long terme, du réchauffement observé depuis la fin des années 1970, et en particulier au cours de ce siècle », a déclaré Omar Baddour, chercheur à l'OMM.

« Avec la hausse des températures, nous assistons à des conditions météorologiques plus extrêmes avec d'importants impacts socio-économiques », a-t-il dit. Selon l'OMM, la tendance au réchauffement continue d'entraîner une transformation spectaculaire dans la région arctique.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

'One Planet Summit' à Paris : les progrès réalisés deux ans après l'Accord sur le climat

Le Sommet sur le climat, 'One Planet Summit', organisé mardi par la France a permis de faire le point sur quelques grandes initiatives en faveur du climat lancée depuis la signature de l'Accord de Paris en décembre 2015.