Le HCR cherche des places d'accueil pour 1.300 réfugiés vulnérables en Libye

11 décembre 2017

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a lancé lundi un appel urgent pour accueillir 1.300 réfugiés « extrêmement vulnérables » bloqués en Libye, après les révélations d'abus horribles dont sont victimes les migrants dans ce pays.

Le HCR a plaidé pour que des places d'accueil de réinstallation soient trouvées d'ici la fin mars 2018.

« C'est un appel désespéré à la solidarité et à l'humanité », a indiqué Volker Türk, le Haut-Commissaire assistant du HCR chargé de la protection internationale dans un communiqué. « Nous devons faire tout notre possible pour que des réfugiés extrêmement vulnérables quittent la Libye dès que possible », a-t-il ajouté.

L'agence onusienne en charge de la protection des réfugiés a averti que de nombreux réfugiés, demandeurs d'asile et apatrides en Libye sont victimes d'effroyables violations des droits de l'homme, y compris différentes formes de traitements inhumains, cruels et dégradants.

« Compte tenu de la situation déplorable des réfugiés en Libye, nous devons explorer toutes les possibilités de solutions durables, y compris la réinstallation, le regroupement familial, l'évacuation vers les installations d'urgence gérées par le HCR dans d'autres pays, ou le retour librement consenti », a souligné M. Türk.

Première évacuation de réfugiés vers le Niger

Début novembre, le HCR a évacué un premier groupe de 25 migrants vulnérables - 15 femmes, six hommes et quatre enfants, érythréens, éthiopiens et soudanais - vers le Niger.

« Compte tenu des besoins humanitaires imminents et de la détérioration rapide des conditions de vie dans les centres de détention en Libye, le HCR s'emploie activement à organiser davantage d'évacuations de réfugiés vers le Niger dans les semaines et les mois à venir », a indiqué M. Türk.

Le HCR rappelle que de nombreux migrants sont détenus en Libye pour des durées indéterminées et dans des conditions déplorables.

L'agence onusienne a réitéré sa ferme opposition à la détention systématique des réfugiés et des personnes déplacées. En tant qu'organisation en charge de la protection des réfugiés, le HCR « plaide continuellement pour des alternatives à la détention et des systèmes d'asile équitables ».

Selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), 15.000 migrants croupissent dans des centres de rétention en Libye.

En raison « de la situation humanitaire critique survenant actuellement en Libye et des conditions déplorables dans les centres de détention », le HCR appelle une nouvelle fois la communauté internationale à faire preuve de solidarité.

Au 6 décembre 2017, 165.409 migrants et réfugiés étaient arrivés en Europe par voie maritime, selon les informations publiées par l'OIM. 70% d'entre eux sont arrivés en Italie, principalement au départ de la Libye. L'agence onusienne en charge des migrations internationales, qui reprend des chiffres officiels communiqués par le Ministère italien de l'intérieur, précise que les arrivées par la mer en Italie ont diminué d'environ un tiers par rapport à la même période en 2016.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Avec l'aide de l'OIM, le Niger rapatrie par avion ses migrants de Libye

L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) et le gouvernement du Niger ont commencé à évacuer les près de 4.000 migrants nigériens en Libye qui ont souhaité retourner volontairement dans leur pays d'origine.