Pour appuyer la Force conjointe des Etats du G5 Sahel, le Conseil de sécurité propose un accord technique avec l'ONU et l'Union européenne, via la MINUSMA

8 décembre 2017

Le Conseil de sécurité a adopté vendredi une résolution demandant au Secrétaire général de prendre les dispositions nécessaires pour conclure dès que possible un « accord technique » entre l'ONU, l'Union européenne (UE) et les États du G5 Sahel en vue de fournir) un appui opérationnel et logistique spécial à la Force conjointe du G5 Sahel.

Un tel appui passerait par l'intermédiaire de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA).

Proposée par la France, la résolution 2391 (2017) a été adopté par le Conseil à l'unanimité de ses membres.

Créée en début d'année par le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et et le Tchad, la Force conjointe du G5 Sahel a pour mission de lutter contre le terrorisme et les réseaux criminels transnationaux. La Force compte des effectifs en personnel militaire et personnel de police pouvant aller jusqu'à 5 000 personnes.

Par cette résolution, le Conseil précise que « l'appui ne serait accordé aux forces de défense et de sécurité des États du G5 Sahel que lorsqu'elles interviennent sur le territoire malien dans le cadre de la Force conjointe ».

Cet appui prévoit des évacuations sanitaires primaires et secondaires ainsi que l'accès aux articles consommables essentiels (carburant, eau et rations), l'utilisation d'engins de levage et de terrassement et de matériel de génie de l'ONU, et d'unités de génie en uniforme de la MINUSMA pour aider à préparer les bases opérationnelles de la Force conjointe au Mali.

En outre, l'ONU devrait être pleinement remboursée au moyen d'un dispositif de financement coordonné par l'UE aux fins de la coordination des contributions volontaires internationales à l'appui de la Force conjointe, note la résolution qui souligne en plus que « les opérations de la Force conjointe doivent être menées dans le plein respect du droit international, notamment du droit international humanitaire, du droit international des droits de l'homme et du droit international des réfugiés ».

Par ailleurs, le Secrétaire général est priée de veiller à ce que tout appui fourni à des forces de sécurité non onusiennes soit strictement conforme à la politique de diligence voulue en matière de droits de l'homme en cas d'appui de l'ONU à des forces de sécurité non onusiennes, et demande à la Force conjointe de coopérer avec l'ONU pour appliquer cette politique.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Mali : quatre Casques bleus et un soldat malien tués lors de deux attaques dans les régions de Ménaka et Mopti

Quatre Casques bleus de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) et un soldat malien ont été tués vendredi lors de deux attaques séparées dans les régions de Ménaka de Mopti.