Humanitaire : l'ONU appelle les Etats à contribuer à hauteur d'un milliard de dollars à son fonds d'intervention d'urgence

8 décembre 2017

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a appelé vendredi les Etats à contribuer à hauteur de 1 milliard de dollars au Fonds central d'intervention d'urgence (CERF) - un fonds de l'ONU qui soutient les opérations humanitaires de secours dans le monde.

« Au cours des 12 dernières années, le CERF a été à la pointe de la réponse humanitaire », a déclaré le Secrétaire général des Nations Unies lors d'une conférence à New York, en remerciant les 126 Etats membres et observateurs, ainsi que les autres donateurs. « Le CERF est sans aucun doute l'un de nos outils les plus importants pour atteindre rapidement les gens et sauver des vies », a-t-il ajouté.

Pour le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires, Mark Lowcock, le calcul est simple. « Un CERF plus important signifie que plus de personnes pourront être atteintes avec une aide vitale, plus rapidement », a -t-il déclaré.

Cette année, le CERF qui est géré par le Bureau des Nations Unies pour la Coordination des Affaires Humanitaires (OCHA), a financé à hauteur de 130 millions de dollars des activités qui ont permis de sauver des vies au Nigéria, en Somalie, au Soudan du Sud et au Yémen. Le fonds a également soutenu des interventions humanitaires dans d'autres régions, notamment pour les réfugiés palestiniens, pour les réfugiés rohingyas au Bangladesh et pour les victimes des ouragans Irma et Maria dans les Caraïbes.

M. Guterres a annoncé que 100 millions de dollars du CERF seront alloués pour répondre aux besoins critiques dans neuf situations d'urgence sous-financées en République démocratique du Congo (RDC), en Ouganda, en Tanzanie, au Cameroun, au Mali, aux Philippines, en Érythrée, en Haïti et au Pakistan.

Les conflits prolongés et l'impact des catastrophes naturelles, aggravés par la fragilité structurelle et la vulnérabilité chronique, ont augmenté le nombre de personnes qui se retrouvent en mode de survie, constamment sous la menace de castastrophes. L'année 2018 ne s'annonce pas meilleure, les conflits prolongés risquant d'être aggravés par les conséquences toujours plus intenses du changement climatique.

« Il n'y a aucun signe de relâchement des besoins humanitaires », a prévenu le chef de l'ONU, soulignant que l'Assemblée générale a adopté il y a un an une résolution appelant à un élargissement de l'objectif de financement annuel du CERF de 450 millions à 1 milliard de dollars.

Notant que le déficit de financement humanitaire mondial s'élevait à 11 milliards de dollars au 30 novembre et que les plans d'intervention humanitaire ne sont financés qu'à 60% en moyenne, le Secrétaire général a souligné qu'un CERF financé à hauteur de 1 milliard de dollars contribuera à renforcer le financement des urgences. « 1 milliard de dollars est un objectif ambitieux mais réalisable », a déclaré M. Guterres. “Une Organisation des Nations Unies forte a besoin d'un CERF fort », a-t-il martelé.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : des millions de personnes dans le Kasaï menacées par la faim, selon l'ONU

Une crise alimentaire dans la région du Grand Kasaï, en République démocratique du Congo (RDC), pourrait se transformer en catastrophe à long terme en raison du manque d'argent pour l'assistance humanitaire, a averti jeudi le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM).