L'Assemblée générale élit 15 membres du Conseil des droits de l'homme

16 octobre 2017

L'Assemblée générale a élu lundi, à bulletin secret, 15 membres du Conseil des droits de l'homme, qui y rejoindront leurs 32 pairs, pour une durée de trois ans à compter du 1er janvier 2018.

Le Sénégal avec 188 voix ; l'Angola, 187 ; le Nigéria, 185 ; et la République démocratique du Congo, 151, entrent ainsi au Conseil des droits de l'homme.

Les candidats, qui doivent obtenir la majorité absolue des voix, soit 97, sont élus sur « la base de leur contribution à la promotion et à la protection des droits de l'homme. »

Les quatre sièges vacants de la région Asie-Pacifique, ont été remportés par le Népal, avec 166 voix ; le Qatar, 155 ; le Pakistan,151 ; et l'Afghanistan, 130.

Le Pérou avec 180 voix ; le Mexique, 179 ; et le Chili, 175 ; occuperont les trois sièges vacants de l'Amérique latine et des Caraïbes.

S'agissant de l'Europe orientale, c'est la Slovaquie avec 185 voix et l'Ukraine, 177, qui emportent les deux sièges à pourvoir.

L'Espagne, avec 180 voix et l'Australie, 176, vont siéger pour le Groupe des États d'Europe occidentale et autres États.

Outre les nouveaux élus, les membres du Conseil sont les pays suivants : Afrique du sud, Allemagne, Arabie saoudite, Belgique, Brésil, Burundi, Chine, Côte d'Ivoire, Croatie, Cuba, Egypte, Emirats arabes unis, Equateur, Etats-Unis, Ethiopie, Géorgie, Hongrie, Iraq, Japon, Kenya, Kirghizistan, Mongolie, Panama, Philippines, République de Corée, Royaume-Uni, Rwanda, Slovénie, Suisse, Togo, Tunisie et Venezuela.

Le Conseil, dont les membres sont élus selon le principe de la répartition géographique équitable, est composé comme suit : 13 sièges pour l'Afrique, autant pour ceux l'Asie-Pacifique, 8 sièges pour l'Amérique latine et les Caraïbes, 7 pour l'Europe occidentale et autres Etats et 6 sièges pour l'Europe de l'est.

Le Conseil des droits de l'homme, qui siège à Genève, a été créé en 2006 pour remplacer la Commission des droits de l'homme. Organe subsidiaire de l'Assemblée générale, il est chargé de veiller à la promotion et à la protection des droits de l'homme partout dans le monde, notamment à travers ses procédures spéciales tels que l'examen périodique universel auquel les pays se prêtent sur une base volontaire et reçoivent des recommandations de leurs pairs ; les rapporteurs spéciaux et experts indépendants ou encore les commissions d'enquête. Chaque année, le Conseil tient trois sessions ordinaires en mars, juin et septembre.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le Conseil des droits de l'homme prolonge d'un an le mandat de la Commission d'enquête sur le Burundi

Au dernier jour de sa 36e session, le Conseil des droits de l'homme a approuvé vendredi à Genève une résolution reconduisant le mandat de la Commission d'enquête sur le Burundi pour une année supplémentaire.