Libye : le Conseil de sécurité approuve le plan d'action de l'ONU en vue de la reprise d'un processus politique

10 octobre 2017

Le Conseil de sécurité a approuvé mardi le Plan d'action des Nations Unies en vue de la reprise d'un processus politique sans exclusive pris en main par les Libyens sous la direction et sous l'égide de l'ONU.

Dans une déclaration lue par la France, Présidente du Conseil de sécurité pour le mois d'octobre, les membres du Conseil ont enteriné le document qui avait été présenté à New York le 20 septembre par le Représentant spécial du Secrétaire général pour la Libye, Ghassan Salamé, lors d'une réunion de haut niveau sur la situation dans ce pays.

Le Conseil s'est félicité de l'objectif énoncé par le Représentant spécial, « à savoir l'appui à une transition dirigée par les Libyens qui débouchera sur une gouvernance stable, unifiée, représentative et efficace, dans le cadre de l'Accord politique », « seul cadre viable pour mettre un terme à la crise politique en Libye ».

Après la réunion des membres de la Chambre des députés et du Haut Conseil d'État, qui a débuté le 26 septembre sous les auspices du Représentant spécial, le Conseil a déclaré attendre avec intérêt la poursuite de la mise en œuvre du Plan d'action en prévision de la tenue d'élections parlementaires et présidentielle d'ici un an, précise la déclaration.

Aux termes de ce texte, le Conseil réaffirme également qu'il est « fondamental » d'appliquer l'Accord en vue de la tenue des élections et de l'aboutissement de la transition politique. Il rappelle que toute tentative de la part des parties de porter atteinte au processus politique est « inadmissible ».

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le Conseil de sécurité renouvelle pour un an l'autorisation d'arraisonner les navires servant au trafic d'êtres humains venant de Libye

Le Conseil de sécurité a renouvelé jeudi pour une nouvelle période de 12 mois l'autorisation donnée à tous les États Membres concernés d'inspecter et de saisir, le cas échéant, les bateaux naviguant en haute mer au large des côtes libyennes, « s'ils ont des motifs raisonnables de soupçonner qu'ils sont utilisés pour le trafic de migrants ou la traite d'êtres humains en provenance de Libye ».