Iraq : le chef de l'ONU s'inquiète de l'effet potentiellement déstabilisant du référendum au Kurdistan

25 septembre 2017

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, s'est inquiété des effets potentiellement déstabilisants du référendum organisé ce lundi dans la région du Kurdistan en Iraq.

« Le Secrétaire général respecte la souveraineté, l'intégrité territoriale et l'unité de l'Iraq et estime que toutes les questions en suspens entre le gouvernement fédéral et le gouvernement régional du Kurdistan devraient être résolues par un dialogue structuré et un compromis constructif », a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse.

« Le Secrétaire général souhaite que les activités des Nations Unies en Iraq, notamment dans la région du Kurdistan, soient autorisées à continuer sans entrave. Il appelle les autorités compétentes à poursuivre leur soutien », a-t-il ajouté.

Les Kurdes d'Iraq sont appelés à se prononcer sur leur indépendance dans le cadre d'un référendum organisé par le Président de la région autonome, Massoud Barzani. Ce référendum est contesté par l'Iraq et par des pays voisins, la Turquie et l'Iran, qui comptent des minorités kurdes.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'Iraq juge « inconstitutionnel » le prochain référendum au Kurdistan iraquien

Tout en se disant favorable à un dialogue constructif avec le gouvernement régional du Kurdistan, Bagdad a prévenu qu'il n'accepterait pas le référendum qui s'organise fin septembre au Kurdistan iraquien et l'a qualifié d' « inconstitutionnel », lors d'un discours prononcé samedi lors de la 72e Assemblée générale de l'ONU à New York.