Le Bangladesh propose que l'ONU crée des « zones de sécurité » au Myanmar pour les Rohingyas

22 septembre 2017

Le Bangladesh a proposé jeudi que des « zones de sécurité » soient créées sous le contrôle de l'ONU dans l'Etat de Rakhine au Myanmar, une région frontalière avec le Bangladesh, pour que cesse le « nettoyage ethnique » auquel se livre les autorités du Myanmar contre la minorité musulmane rohingya.

Le Bangladesh a également demandé l'envoi par l'ONU d'une mission d'établissement des faits dans la région.

« Tous les civils sans distinction de religion et d'appartenance ethnique doivent être protégés au Myanmar », a déclaré la Première ministre du Bangladesh, Sheikh Hasina, dans un discours au débat général de l'Assemblée générale des Nations Unies au siège de l'Organisation à New York.

« Pour cela, des 'zones de sécurité' doivent être créées à l'intérieur du Myanmar sous la supervision de l'ONU » et « le Secrétaire général des Nations Unies devrait immédiatement envoyer une mission d'établissement des faits au Myanmar », a-t-elle ajouté.

Sheikh Hasina a déclaré que le Myanmar se livrait actuellement à un « nettoyage ethnique » de la minorité rohingya et a indiqué que plus de 800.000 Rohingyas « déplacés de force » étaient accueillis au Bangladesh.

La Première ministre a dénoncé les « atrocités en cours » et « des violations des droits de l'homme aggravant une fois encore la situation à la frontière entre le Myanmar et le Bangladesh ».

Sheikh Hassina a aussi demandé que les recommandations de la Commission Annan, dévoilées par l'ONU en août 2017, pour trouver une solution au sort de la minorité rohingya, soient appliquées « entièrement et sans conditions ».

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Accusé de nettoyage ethnique, le Myanmar s'engage à apporter une aide humanitaire à toutes les minorités sans discrimination

Accusé par la communauté internationale de nettoyage ethnique, le Myanmar a déclaré qu'il condamnait toutes les violations des droits humains dans l'Etat de Rakhine, où un conflit a déjà déplacé plus de 400.000 Rohingyas, et s'engageait à apporter une assistance humanitaire à toutes les minorités, sans discrimination.