Mali : l'ONU condamne une attaque dans la région de Kidal qui a couté la vie à deux Casques bleus

6 septembre 2017

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a condamné l'attaque perpétrée contre un convoi de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations unies pour la Stabilisation au Mali (MINUSMA).

Mardi à 14 heures (heure locale), un véhicule faisant partie d'un convoi logistique de la MINUSMA a heurté une mine ou un engin explosif à environ 15 km d'Aguelhok, dans la région de Kidal, alors qu'il se rendait en direction de Tessalit.

Cette attaque a couté la vie à deux Casques bleus. Deux autres soldats de la paix ont été grièvement blessés et ont été immédiatement évacués par la MINUSMA pour recevoir des soins médicaux appropriés.

« Le Secrétaire général rappelle que les attaques visant les forces de maintien de la paix des Nations Unies peuvent constituer des crimes de guerre en vertu du droit international », a indiqué son porte-parole, Stéphane Dujarric, dans une déclaration de presse publiée dans la nuit de mardi à mercredi.

Dans un communiqué de presse publié mardi, la MINUSMA a également condamné « ces actes terroristes destinés à paralyser les opérations et la mise en œuvre du Mandat de la Mission dans cette partie du Mali et qui frappent indistinctement le personnel des Nations Unies ou des civils innocents ».

Le jour même de l'attaque, le Conseil de sécurité a adopté à l'unanimité une résolution créant un régime de sanctions ciblées contre « ceux qui dressent des obstacles » à l'application de l'Accord pour la paix et la réconciliation au Mali. Une décision que le Conseil a justifiée par les « fragiles avancées réalisées jusqu'à présent » et qui sont mises en « péril ».

Le Secrétaire général et la MINUSMA ont présenté leurs condoléances aux familles et aux proches des victimes, et souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Mali : le Conseil de sécurité crée un régime de sanctions applicables à ceux qui entravent l'accord de paix

À la demande du Mali, le Conseil de sécurité a décidé mardi de créer un régime de sanctions ciblées contre « ceux qui dressent des obstacles » à l'application de l'Accord pour la paix et la réconciliation dans ce pays, dont les « fragiles avancées réalisées jusqu'à présent » sont mises en « péril ».