Droits de l'homme au Yémen : l'ONU réitère sa demande d'une enquête internationale sur le conflit

5 septembre 2017

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a de nouveau demandé mardi qu'une enquête internationale soit diligentée sur les violations des droits de l'homme en lien avec le conflit qui frappe actuellement le pays.

Le Haut-Commissaire a réitéré sa demande suite à la publication le même jour d'un rapport des Nations Unies sur les droits de l'homme au Yémen jugeant la Commission nationale « impartiale ».

« J'ai appelé à plusieurs reprises la communauté internationale à prendre des mesures – à instaurer une enquête internationale indépendante sur les allégations de très graves violations des droits de l'homme et du droit humanitaire international au Yémen », a déclaré dans un communiqué de presse M. Zeid.

Selon le Chef des droits de l'homme de l'ONU, « une enquête internationale contribuerait grandement à avertir les parties au conflit que la communauté internationale observe la situation et est déterminée à traduire en justice les auteurs des violations ».

Pour le Haut-Commissaire, « la réticence de la communauté internationale à demander justice pour les victimes du conflit au Yémen est une honte et contribue, à divers titres, à l'horreur permanente qui sévit dans le pays ».

Selon le rapport de l'ONU, la demande d'une enquête internationale est justifiée par l'impartialité de la Commission nationale instaurée pour enquêter sur les violations des droits au Yémen. « En l'absence de sa reconnaissance par l'ensemble des belligérants, la Commission n'est pas en mesure de fournir des rapports complets et impartiaux sur la situation des droits de l'homme dans le pays », indique le rapport.

Une « catastrophe entièrement imputable à l'homme »

Selon le rapport de l'ONU, les violations des droits de l'homme et du droit international humanitaire se poursuivent sans relâche au Yémen alors que les civils souffrent terriblement des conséquences d'une « catastrophe entièrement imputable à l'homme ».

Le rapport recense les violations des droits de l'homme et du droit humanitaire international commises sur une période de trois ans, depuis septembre 2014. Entre mars 2015, date à laquelle le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a commencé à recenser les victimes civiles et le 30 août, au moins 5.144 morts et 8.749 blessés ont été comptabilisés chez les civils, dont 1.184 enfants tués et 1.592 blessés.

Selon le rapport, les frappes aériennes de la coalition étaient la cause principale des victimes chez les enfants comme dans l'ensemble de la population civile. Parmi les civils tués, quelque 3.233 auraient été victimes des forces de la coalition, relève l'ONU.

Les Comités populaires affiliés aux Houthis et les unités de l'armée loyales à l'ancien Président Abdallah Saleh sont responsables de près de 67% des 1.702 cas de recrutement d'enfants en vue de les faire participer aux hostilités, note également le document. Les observateurs des Nations unies chargés des droits de l'homme ont constaté que des enfants âgés d'à peine 10 ans portant l'uniforme et armés étaient affectés aux postes de contrôle.

Par ailleurs, le rapport fait craindre une opération de grande envergure à Al-Hudaydah, qui pourrait se traduire par de nombreuses victimes civiles, par des déplacements massifs et par une limitation accrue de l'accès aux produits indispensables à la survie de la population, qui sont distribués dans presque tout le pays à partir du port d'Al-Hudaydah.

Face à ce sombre tableau sur la situation des droits humains au Yémen, le Haut-Commissaire a appelé l'ensemble des belligérants, ceux qui les soutiennent ou qui ont une influence sur eux, à faire preuve de clémence à l'égard du peuple du Yémen et à prendre des mesures immédiates afin d'assurer l'aide humanitaire au profit de la population civile et de rendre justice aux victimes des violations.

« J'appelle toutes les parties au conflit à mettre fin aux hostilités et à œuvrer fermement en vue d'une solution négociée durable afin que le peuple du Yémen puisse enfin vivre en paix » a conclu M. Zeid.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.