Burkina Faso : l'ONU condamne une attaque terroriste à Ouagadougou

14 août 2017

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, et le Conseil de sécurité de l'ONU ont condamné une attaque terroriste perpétré le 13 août à Ouagadougou, au Burkina Faso, au cours de laquelle au moins 18 personnes ont été tuées et au moins 18 autres blessées.

Selon la presse, l'attaque a visé un café du centre de la capitale burkinabè. Deux assaillants ont été tués par les forces de l'ordre, selon les autorités burkinabè. L'attaque a eu lieu à quelques centaines de mètres seulement d'un autre café qui avait été frappé par un précédent attentat en janvier 2016 qui avait fait 30 morts.

« Le Secrétaire général exprime ses plus sincères condoléances au gouvernement et au peuple du Burkina Faso et souhaite un prompt rétablissement aux blessés », a indiqué son porte-parole adjoint, Farhan Haq, dans une déclaration à la presse publiée lundi.

« Le Secrétaire général souligne qu'il ne peut y avoir aucune justification pour de tels actes de violence aveugle », a-t-il ajouté. « Il réitère le soutien des Nations Unies au Burkina Faso dans sa lutte contre l'extrémisme violent et le terrorisme ».

Par la voix de son porte-parole adjoint, M. Guterres a également réaffirmé l'engagement de l'ONU envers les pays du G5 Sahel (Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad et Mauritanie) alors qu'ils intensifient leurs efforts pour faire face aux multiples problèmes de sécurité afin de promouvoir la paix et le développement dans la sous-région.

Le Conseil de sécurité a également condamné « dans les termes les plus forts l'attaque barbare et lâche » à Ouagadougou.

Dans une déclaration à la presse, les membres du Conseil ont exprimé leur profonde sympathie et leurs condoléances aux familles des victimes, ainsi qu'au gouvernement du Burkina Faso. Ils ont souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

Le Conseil de sécurité a salué les efforts de la région, notamment à travers le développement de la force conjointe du G5 Sahel, pour répondre à la dimension transnationale de la menace terroriste dans la région du Sahel, et a encouragé à davantage de progrès à cet égard.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Afrique de l'Ouest : l'envoyé de l'ONU appelle le Conseil de sécurité à soutenir davantage la lutte contre le terrorisme

Face à la montée du terrorisme et de l'extrémisme violent en Afrique de l'Ouest et au Sahel, le Représentant spécial du Secrétaire général dans cette région, Mohamed Ibn Chambas, a appelé jeudi le Conseil de sécurité à soutenir davantage les initiatives nationales et régionales contre cette « menace gravissime », en procédant notamment au renforcement de la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel.