En visite en Centrafrique, le chef des opérations de paix réaffirme l'importance du processus politique comme solution à la crise

31 juillet 2017

En visite en République centrafricaine (RCA), le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, a souligné lundi que l'ONU poursuivait ses efforts pour renforcer les moyens de la force de la Mission des Nations Unies dans le pays (MINUSCA) tout en rappelant que la solution à la crise passe par le processus politique.

« La dimension sécuritaire est importante mais elle n'est qu'une partie de la solution. L'autre réponse, la plus pertinente, c'est le processus politique », a déclaré le Secrétaire général adjoint lors d'une conférence de presse à Bangui marquant la fin de sa visite de 48 heures en RCA.

Jean-Pierre Lacroix s'est entretenu avec le Président de la République, le Premier ministre, le Vice-président de l'Assemblée nationale, le chef de la diplomatie, la plateforme religieuse, le corps diplomatique ainsi que la MINUSCA, a précisé la Mission onusienne dans un communiqué de presse.

Lors de sa conférence de presse, le Secrétaire général adjoint a dit avoir évoqué, avec ses interlocuteurs, les efforts de paix en cours notamment l'accord de Rome sous l'égide de la communauté Sant'Egidio et l'initiative de l'Union africaine, soutenue par les Nations unies, et rappelé qu'ils devront « être mis en œuvre en coordination avec les autorités de la RCA ». « Nous avons besoin d'un leadership centrafricain pour que ces processus puissent se poursuivre et progresser », a-t-il dit, soulignant l'importance de l'appropriation nationale.

Il a également annoncé l'arrivée prochaine de Casques bleus de la Tanzanie ainsi que de la Zambie. Selon lui, ces effectifs ainsi qu'une plus grande flexibilité dans le redéploiement de la Force permettront de mieux protéger les populations. « La MINUSCA applique son mandat robuste et se réorganise pour l'appliquer davantage », a-t-il souligné.

M. Lacroix a par ailleurs souligné l'importance des Forces armées centrafricaines (FACA) dans le cadre de la sécurisation du pays, en rappelant le travail conjoint entre les autorités centrafricaines et la MINUSCA, en vue du déploiement de ces forces ainsi que les aspects qui y sont liés comme le cadre budgétaire, les zones de déploiement ou les questions logistiques. Il a par ailleurs appelé à un déploiement des autorités civiles dans les préfectures, dans le cadre de la restauration de l'autorité de l'Etat.

Le Secrétaire général adjoint a conclu sa conférence de presse en mettant en garde les auteurs des messages de haine et de division, qui prônent la polarisation sur des bases ethniques ou religieuses au sein de la société centrafricaine. « C'est un poison et c'est un devoir de condamner ces messages et souligner que ceux qui sèment la haine, répondront de leurs actes », a-t-il dit.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Centrafrique : le chef des opérations de maintien de la paix met en garde contre la dégradation de la situation

Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, a averti jeudi, lors d'une réunion avec le Conseil de sécurité sur la République centrafricaine, que l'intensification des attaques contre les civils et les Casques bleus risque de faire basculer la situation dans ce pays, ce qu'il faut éviter « à tout prix ».