Traite des êtres humains : l'ONU appelle à protéger les victimes et à mettre fin à ce crime

30 juillet 2017

A l'occasion de la Journée mondiale de la dignité des victimes de la traite d'êtres humains, le Directeur exécutif de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), Yury Fedotov, a appelé à protéger les victimes et à mettre fin à ce crime.

Cette année, le thème de cette Journée est « Agissons maintenant pour protéger et aider les victimes de la traite ». Il s'agit pour l'ONUDC de mettre l'accent sur les actions qui peuvent être entreprises en vue d'aider et de protéger les victimes de la traite.

Ce thème est également lié à la question des larges mouvements de réfugiés et de migrants. Il met en évidence les conséquences multiples que font peser les conflits et les catastrophes naturelles sur les risques de traite d'êtres humains.

« Les groupes criminels se nourrissent des conflits dans le monde ainsi que de l'instabilité et de l'insécurité qu'ils créent. Les conflits sont une base propice à l'activité criminelle. Les personnes forcées de fuir leurs maisons sont la proie de trafiquants d'êtres humains alors qu'elles essaient désespérément d'échapper à la violence », a souligné M. Fedotov dans un message pour cette Journée.

Selon lui, la communauté internationale reconnaît de plus en plus la nécessité de répondre à la vulnérabilité des personnes à la traite pendant les conflits. Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté sa première résolution sur cette question et la Déclaration de New York de l'an dernier appelle à lutter vigoureusement contre la traite des êtres humains et la contrebande de migrants, ainsi qu'à fournir un soutien et une assistance dans le cadre de la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée.

En lien au thème de cette année, l'ONUDC s'efforce également de promouvoir le Fonds d'affectation spéciale pour les victimes de la traite.

Selon le chef de l'ONUDC, les ressources, la coopération internationale et les actions sur le terrain « sont des points de départ pour s'attaquer à ce crime déshumanisant qui fait honte à tout le monde ».

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Il faut montrer ‘l'impact positif’ des migrations pour changer la perception de l'opinion publique, selon l'ONU

Estimant que les pays ne peuvent pas gérer seuls la question des vastes mouvements de réfugiés et de migrants, les Nations Unies ont organisé en septembre 2016 un sommet des dirigeants mondiaux dans le but de trouver des solutions durables.