Honduras : un haut-responsable de l'ONU appelle à une protection accrue des défenseurs des droits de l'homme

28 juillet 2017

Au terme d'une visite de trois jours au Honduras, le Sous-Secrétaire général des Nations Unies aux droits de l'homme, Andrew Gilmour, a souligné vendredi « le besoin primordial d'accroître la protection des défenseurs des droits de l'homme au Honduras ».

M. Gilmour s'est félicité du renforcement de la coopération entre le nouveau Bureau des droits de l'homme de l'ONU à Tegucigalpa et les institutions de l'État, ajoutant que l'objectif du Bureau est d'aider le gouvernement hondurien à élargir la protection des droits de l'homme dans un environnement de sécurité hautement exigeant et dans le contexte des prochaines élections.

Au Honduras, le Sous-Secrétaire général a rencontré des représentants de l'État au plus haut niveau, des représentants de la société civile, des ambassadeurs étrangers et l'équipe de pays de l'ONU. Après avoir vu le chef de la Mission de l'Organisation des États américains pour soutenir la lutte contre la corruption et l'impunité au Honduras (MACCIH), ainsi que le Commissaire national aux droits de l'homme, M. Gilmour a souligné le travail essentiel qu'ils menaient et leurs partenariats clés avec le Bureau des droits de l'homme de l'ONU.

« Nous sommes heureux que le lien direct entre la corruption et les violations des droits de l'homme soit de plus en plus reconnu - par exemple, lorsque des concessions pour des terres ou des ressources naturelles sont injustement accordées et sans consultation des communautés autochtones », a-t-il déclaré dans un communiqué de presse.

M. Gilmour s'est également félicité des récentes mesures prises par le gouvernement hondurien, telle que la création d'un mécanisme national de protection des défenseurs des droits de l'homme et la mise à niveau annoncée du ministère des droits de l'homme en tant que ministère à part entière.

Après avoir rencontré des dirigeants d'ONG, le Sous-Secrétaire général a déclaré être particulièrement préoccupé par les violences auxquelles sont confrontés les « défenseurs courageux des droits de l'homme » : les femmes, les LGBTI, les défenseurs des terres et les peuples autochtones.

« Ils font un travail formidable pour l'avenir à long terme du Honduras et ne devraient jamais être attaqués, punis ou stigmatisés », a dit M. Gilmour.

L'impunité répandue, les horribles niveaux de violence, la militarisation accrue de la sécurité publique, l'accès restreint à la planification familiale, l'augmentation inquiétante du féminicide et de la violence à l'égard des femmes ont suscité l'attention du haut responsable onusien lors de sa visite.

Au cours de ses réunions, M. Gilmour a réitéré que l'ouverture d'un espace pour le dialogue, l'accès à l'information et une participation significative à l'élaboration des politiques sont des éléments clés d'une société démocratique. Il a encouragé les fonctionnaires de l'État à voir les défenseurs des droits de l'homme comme des alliés et d'utiles agents du changement.

Il a également mis en garde contre une dépendance à l'égard de politiques pénales sévères pour les mineurs et les approches de sécurité.

« Des choix d'investissement et de réadaptation sociaux seraient beaucoup plus susceptibles de s'attaquer aux causes profondes de la violence au Honduras », a déclaré le Sous-Secrétaire général.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.