Venezuela : l'ONU préoccupée par le risque de nouvelles violences

28 juillet 2017

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) s'est dit profondément préoccupé vendredi par le risque de nouvelles violences au Venezuela, où un scrutin pour élire l'Assemblée constituante est organisé dimanche par le Président Nicolas Maduro.

« Le souhait des Vénézuéliens de participer ou non à cette élection doit être respecté. Personne ne devrait être obligé de voter et ceux qui sont prêts à participer devraient être en mesure de le faire librement », a dit une porte-parole du HCDH, Liz Throssell, lors d'un point de presse à Genève.

« Nous exhortons les autorités à gérer toute manifestation contre l'Assemblée constituante conformément aux normes internationales en matière de droits de l'homme », a-t-elle ajouté. Le HCDH est préoccupé par le fait que les manifestations considérées par les autorités comme perturbant le scrutin ont été interdites jusqu'au 1er août.

« Nous appelons également ceux qui s'opposent aux élections et à l'Assemblée à le faire de manière pacifique », a dit Mme Throssell.

La porte-parole a souhaité que le scrutin prévu dimanche, s'il a lieu comme prévu, se déroule de manière pacifique et en respectant pleinement les droits de l'homme.

« À cette fin, nous demandons une nouvelle fois aux autorités de garantir les droits des personnes à la liberté d'expression, d'association et de réunion pacifique, et nous appelons tout le monde au Venezuela à n'utiliser que des moyens pacifiques pour se faire entendre », a conclu Mme Throssell.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Venezuela : préoccupée par les violences, l'ONU rappelle que seule une solution politique pourra résoudre la crise

Alors que la contestation et les violences meurtrières se poursuivent au Venezuela, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a exprimé la préoccupation « plus présente que jamais » de l'ONU au regard de la situation dans le pays.