L'ONU condamne des attaques terroristes en Afghanistan et au Pakistan

24 juillet 2017

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, et le Conseil de sécurité ont condamné les attaques terroristes survenues lundi à Kaboul, en Afghanistan, et à Lahore, au Pakistan.

L'explosion sur un marché à Lahore, qui a été revendiquée par Tehreek e Taliban Pakistan (TPP), a tué ou blessé plus de 80 personnes. L'attaque à la voiture piégée à Kaboul, qui a été revendiquée par les Talibans, a tué ou blessé plus de 70 personnes.

« Viser délibérément des civils constitue une grave violation des droits de l'homme et du droit humanitaire international et peut constituer un crime de guerre », a dit le porte-parole adjoint du secrétaire général, Farhan Haq, dans une déclaration à la presse sur l'attaque à Kaboul.

Par l'intermédiaire de son porte-parole adjoint, M. Guterres a demandé que les responsables de l'attaque à Lahore soient traduits en justice et a affiché son soutien aux efforts du gouvernement pakistanais dans la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent « dans le plein respect des normes et obligations internationales en matière de droits de l'homme ».

Le chef de l'ONU a transmis ses condoléances aux familles des victimes des deux attaques et souhaité le rétablissement complet des blessés.

Le Conseil de sécurité a également condamné ces attaques terroristes à Lahore et à Kaboul dans deux déclarations à la presse séparées publiées lundi soir.

Les membres du Conseil ont présenté leurs sincères condoléances et leur sympathie aux familles des victimes et aux gouvernements du Pakistan et d'Afghanistan. Ils ont souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

Intensification des violences à l'encontre des civils en Afghanistan

La Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) a également condamné l'attentat de Kaboul, soulignant que cette attaque s'est produite dans un contexte d'intensification de la violence à l'encontre des civils dans l'ensemble du pays.

Selon un rapport de la MANUA publié la semaine dernière, les attaques suicides et complexes perpétrées par des éléments anti-gouvernementaux ont été jusqu'à présent la principale cause de pertes civiles en Afghanistan en 2017. La mission onusienne continue de vérifier des rapports faisant état d'autres pertes civiles, dont des attaques présumées contre des établissements et du personnel de santé à Ghor, et des attaques aériennes qui ont frappé des civils à Nangarhar.

Dans un communiqué de presse, la Représentante spéciale adjointe et Chef intérimaire de la Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA), Pernille Kardel, s'est dite scandalisée par toutes les attaques perpétrées contre des civils. « La détonation d'un nouveau dispositif d'attentat suicide dans une zone bondée, peuplée de civils est monstrueuse, lâche et dépourvue d'humanité », a-t-elle déclaré.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Afghanistan : les civils continuent de souffrir sur fond d'aggravation des attaques suicides, selon l'ONU

Le nombre de civils tués et blessés dans le cadre du conflit en Afghanistan au cours des six premiers mois de 2017 est resté au même niveau record que l'année dernière, sur fond d'aggravation des attaques suicides, selon un rapport des Nations Unies publié lundi.