Libye : l'ONU préoccupée par le sort de personnes détenues par l'Armée nationale libyenne à Benghazi

18 juillet 2017

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) s'est déclaré mardi préoccupé par le sort des personnes détenues par des membres de l'Armée nationale libyenne (ANL) après de récents combats à Benghazi, dans l'est de la Libye. L'Armée nationale libyenne contrôle de facto l'est du pays.

Ces personnes retenues prisonnières risquent d'être soumises à la torture et même à une exécution sommaire, selon le HCDH.

« Notre préoccupation est basée sur des informations suggérant l'implication de forces spéciales, une unité associée à l'ANL, et en particulier leur commandant sur le terrain, Mahmoud al-Werfalli, dans la torture de détenus et dans l'exécution sommaire d'au moins 10 hommes capturés », a dit une porte-parole du HCDH, Liz Throssell, lors d'un point de presse à Genève.

En mars, au milieu de combats acharnés pour le contrôle du quartier de Ganfouda à Benghazi, une vidéo circulant sur les médias sociaux aurait montré Mahmoud al-Werfalli tuer trois hommes qui étaient agenouillés et face à un mur avec leurs mains attachées derrière le dos.

En juin, alors que les combats se poursuivaient entre l'ANL et les combattants du groupe du Conseil Shura des révolutionnaires de Benghazi, deux vidéos sur les réseaux sociaux semblaient montrer des exécutions sommaires par des combattants de l'ANL sur les ordres d'al-Werfalli. L'une de ces vidéos, qui a est apparue le 9 juin, montre quatre hommes agenouillés avec leurs mains attachés derrière leur dos qui sont abattus alors que Mahmoud al-Werfalli regarde.

La vidéo la plus récente, qui a été diffusée sur les médias sociaux ce mois-ci, semble montrer des combattants de l'ANL frappant et tournant en ridicule des prisonniers, tandis qu'on entend apparemment al-Werfalli accuser deux hommes qui ont les mains attachées derrière le dos d'appartenir à des groupes terroristes.

L'ANL a annoncé en mars 2017 qu'elle mènerait des enquêtes sur des crimes de guerre présumés, mais elle n'a pas partagé d'information sur l'avancement de ces enquêtes, selon le HCDH.

« Nous demandons instamment à l'ANL de veiller à ce qu'il y ait une enquête complète et impartiale sur ces allégations et demandons également au groupe de suspendre Mahmoud al-Werfalli de ses fonctions de commandant sur le terrain des forces spéciales en attendant la conclusion de cette enquête », a dit Mme Throssell.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

La détérioration sécuritaire et économique en Libye pousse les réfugiés et les migrants à fuir vers l'Europe (HCR)

La moitié environ des personnes qui se rendent en Libye pensent y trouver un emploi, mais finissent par fuir vers l'Europe pour échapper à une insécurité potentiellement mortelle, à l'instabilité, aux difficultés économiques ainsi qu'à l'exploitation et aux abus généralisés. Telle est la conclusion d'un nouveau rapport du Haut-Commissariat des Nations Unies sur les réfugiés (HCR) publié lundi.