Iraq : l'ONU préoccupée par les menaces d'évictions forcées de civils à Mossoul

30 juin 2017

Alors que les forces iraquiennes poursuivent leurs combats pour reprendre la ville de Mossoul, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) s'est dit préoccupée par les menaces croissantes à l'encontre des civils soupçonnés de liens avec le groupe djihadiste Etat islamique en Iraq et au levant(EIIL)

.

« Alors que Mossoul est progressivement libérée de l'EIIL, nous assistons à une augmentation inquiétante des menaces, en particulier d'évictions forcées, contre ceux soupçonnés d'être membres de l'EIIL ou dont les proches sont présumés être impliqués avec Daech », a déclaré vendredi le porte-parole du Haut-Commissaire aux droits de l'homme, Rupert Colville, lors d'un point de presse à Genève.

Selon M. Colville, des centaines de familles ont été menacées de déplacement forcé, jugeant ces développements extrêmement inquiétants.

Les services du Haut-Commissaire ont ainsi reçu des informations évoquant des courriers « dits lettres nocturnes, laissées dans les maisons des familles ou distribuées dans les quartiers » et avertissant les gens de partir à une date donnée sous peine d'expulsion forcée.

Pour le HCDH, ces menaces sont souvent liées à des accords tribaux réclamant l'exclusion dans certaines zones de toute famille soupçonnée d'être liée à l'EIIL. « Les gens courent un risque réel d'éviction forcée de leurs maisons et de perdre l'accès au strict nécessaire y compris un logement adéquat, de la nourriture, l'accès aux services de santé et à l'éducation », a prévenu M. Colville.

« Les évictions forcées illégales et les déplacements de force peuvent équivaloir à une punition collective et contreviennent clairement à la Constitution irakienne, aux droits de l'homme et au droit humanitaire international », a fait remarquer le porte-parole, tout en précisant que « la responsabilité d'un crime est strictement personnelle et concerne l'individu impliqué dans la commission du crime dont il ou elle a été reconnu coupable par une cour de justice ».

Dans ces conditions, l'ONU appelle le gouvernement iraquien à agir pour mettre fin à de telles évictions imminentes ou à tout type de punition collective. « Les évictions forcées illégales constituent des actes de vengeance qui nuisent à la réconciliation nationale et à la cohésion sociale », a conclu le porte-parole du HCDH.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Iraq : l'UNESCO déplore la mort de deux journalistes et la destruction d'une mosquée emblématique à Mossoul

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a déploré jeudi la mort du journaliste kurde Bakhtyar Haddad et du reporter français Stephan Villeneuve à Mossoul en Iraq et la destruction de la mosquée Al-Nouri et du minaret Al-Hadba dans cette ville.