Au Bangladesh, le HCR et ses partenaires aident les victimes du cyclone Mora

31 mai 2017

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a annoncé mercredi travailler avec les autorités du Bangladesh et les partenaires sur le terrain pour acheminer des fournitures d'urgence aux réfugiés Rohingya et à leurs communautés d'accueil suite au passage du cyclone Mora.

Mardi matin, des vents allant jusqu'à 117 kilomètres par heure ont frappé le sud-est du Bangladesh, détruisant de nombreux arbres et endommageant des milliers de maisons dont les toits ont été arrachés.

En plus de la population locale, plusieurs centaines de milliers de réfugiés Rohingya hébergés dans des camps, des sites improvisés et des villages locaux dans la région ont été affectés par la catastrophe naturelle.

« Plus de 20 réfugiés qui ont été blessés dans les camps de Kutupalong et Nayapara ont reçu des soins », a déclaré le représentant du HCR au Bangladesh, Shinji Kubo, qui se trouvait sur place lorsque le cyclone a frappé le pays. « Nous avons réussi à éviter des pertes humaines majeures dans les camps en nous coordonnant avec les autorités locales et en préparant les réfugiés avant le cyclone ».

Le HCR avait déployé du personnel avant le cyclone, préparant les écoles et les installations communautaires afin que toute personne ayant besoin d'évacuation puisse être logée dans ces installations structurellement plus solides. Une assistance supplémentaire a été organisée en particulier pour les réfugiés vulnérables, comme les femmes enceintes et les malades.

De premières évaluations effectuées juste après le passage du cyclone ont révélé que la plupart des maisons des réfugiés ont été endommagées à des degrés divers. Environ 20% d'entre elles ont été complètement détruites.

Des réfugiés ont commencé à réparer leurs maisons. Le HCR distribue des bâches en plastique pour qu'ils puissent s'abriter en attendant. Les réfugiés ayant des besoins spécifiques, y compris les enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées et les handicapés, ont été déplacés temporairement dans des structures plus sûres.

« Nous réparons également les structures communautaires et les écoles afin que les familles qui dorment à l'air libre puissent s'y installer jusqu'à ce que leurs abris puissent être réparés », a déclaré le responsable de l'antenne du HCR dans la ville de Cox's Bazar, John McKissick.

De nombreux réfugiés ont également perdu leurs rations alimentaires, leurs carburants et leurs outils de cuisson. Le Programme alimentaire mondial (PAM) distribue des biscuits à haute teneur énergétique pour les aider à surmonter à cette situation difficile sur le court terme.

D'autres défis tels que la coupure des lignes électriques constituent un problème pour les réfugiés notamment lorsqu'ils tentent d'accéder à de l'eau et aux latrines une fois la nuit tombée.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Madagascar : l'ONU et ses partenaires ont besoin de 20 millions de dollars pour aider les personnes touchées par le cyclone Enawo

L'ONU et ses partenaires humanitaires ont déclaré jeudi avoir besoin de 20 millions de dollars pour faire face aux conséquences dévastatrices du cyclone Enawo, de catégorie 4, qui a frappé Madagascar le 7 mars, causant des dégâts considérables dans le nord-est de l'île.