Plus de 60.000 réfugiés et migrants ont traversé la Méditerranée centrale depuis le début de l'année, selon le HCR

30 mai 2017

Le nombre total de personnes ayant traversant la Méditerranée centrale depuis le début de l'année dépasse désormais 60.000, et près de 9.500 migrants et réfugiés ont été secourus la semaine passée et ont débarqué dans divers ports italiens, a indiqué lundi l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

« Le nombre total de morts et de disparus depuis le début de l'année 2017 atteint maintenant plus de 1.720 », a précisé un porte-parole du HCR, Babar Baloch, lors d'un point de presse à Genève.

Il a pris pour exemple le naufrage d'une embarcation qui a causé la mort de 33 personnes le 24 mai et fait des dizaines de disparus. « L'embarcation en bois à trois niveaux avait quitté la Libye la veille, avec 700 à 900 passagers à bord, dont 300 personnes entassées dans la cale. Au total, 593 survivants ont été débarqués à Crotone (Italie) samedi et reçoivent de l'aide », a-t-il ajouté. La plupart des naufragés sont originaires du Soudan, de l'Érythrée, des Comores, de l'Égypte et du Maroc.

Le 27 mai, les garde-côtes tunisiens ont secouru un bateau transportant 126 personnes et les ont emmenées au port de Zarzis. Le corps d'une femme nigériane a été récupéré à bord de ce bateau qui avait quitté le port libyen de Sabratha deux jours plus tôt. Les survivants ont été enregistrés par les autorités tunisiennes. « Les personnes les plus vulnérables sont hébergées dans un dortoir du HCR, où elles reçoivent de l'aide du HCR et de son partenaire, le Croissant-Rouge tunisien », a expliqué M. Baloch.

Par ailleurs, plusieurs réfugiés et migrants sont arrivés à Lampedusa pendant le week-end avec des blessures par balle. « Un homme a expliqué à notre équipe qu'il avait reçu une balle dans la jambe par des membres de milices libyennes qui ont également volé ses affaires. Un autre homme a reçu une balle dans le bras et a été torturé par un trafiquant pour lui soutirer de l'argent. Beaucoup de survivants ont également signalé avoir vu des amis blessés ou tués par balles alors qu'ils étaient en Libye », a dit le porte-parole.

« Sauver des vies reste la priorité absolue. Le HCR félicite les garde-côtes italiens pour leurs efforts constants pour coordonner les opérations de secours ainsi que les garde-côtes tunisiens et les équipages de tous les navires impliqués pour sauver autant de vies », a déclaré M. Baloch. « Nous réclamons de nouveau des solutions de rechange crédibles à ces traversées dangereuses pour les personnes ayant besoin d'une protection internationale, y compris des moyens accessibles et sûrs pour rejoindre l'Europe, comme le regroupement familial, la réinstallation et le parrainage d'entreprises privées ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le HCR demande à l'Algérie et au Maroc de faciliter le passage d'un groupe de Syriens bloqués à leur frontière

L'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a demandé mardi aux gouvernements de l'Algérie et du Maroc de faciliter le passage d'un groupe de réfugiés syriens bloqués à la frontière entre les deux pays.