A Genève, l'Assemblée mondiale de la santé examine le sort des patients atteints de démence

29 mai 2017

La 70e Assemblée mondiale de la santé réunie à Genève a examiné lundi un projet de plan mondial d'action de santé publique contre la démence, qui met l'accent sur la prévention et les soins fournis aux personnes atteintes.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la maladie d'Alzheimer est la cause la plus courante de démence et serait à l'origine de 60 à 70% des cas.

Lors des travaux au Palais des Nations, de nombreux participants ont souligné l'importance grandissante du problème de la démence en tant que priorité de santé publique. L'OMS considère la démence comme l'une des causes principales de handicap et de dépendance parmi les personnes âgées dans le monde. La maladie d'Alzheimer reste la cause la plus courante de ce déséquilibre. Et si la démence touche principalement les personnes âgées, elle n'est pas une composante normale du vieillissement.

On estime à 47 millions le nombre de personnes atteintes de démence dans le monde. D'après des études récentes, la démence apparaîtrait chez 9,9 millions de personnes chaque année, ce qui représente un nouveau cas toutes les trois secondes. Un nombre qui pourrait s'élever jusqu'à 75 millions de cas d'ici 2030. Favorisé par le vieillissement de la population, ce nombre devrait tripler d'ici 2050.

Sur le plan économique, l'impact est tout aussi considérable. A l'heure actuelle, les coûts engagés chaque année sont estimés à 818 milliards de dollars américain, soit 1,1% du produit intérieur brut mondial. L'OMS estime que d'ici à 2030, le coût mondial de la prise en charge des personnes atteintes de démence atteindra 2 milliards.

Des mesures sont donc attendues de la part des États Membres, du Secrétariat de l'OMS et des partenaires internationaux. Lors des travaux de cette 70e assemblée mondiale de la santé, des délégations ont appelé à agir pour renforcer les efforts mondiaux pour lutter contre la démence.

Dans ces conditions, le Plan d'action repose sur un respect des droits fondamentaux des personnes atteintes de démence, conformément à la Convention des Nations Unies sur les droits des personnes handicapées et à d'autres instruments internationaux relatifs aux droits humains.

L'objectif est d'arriver à une autonomisation et une participation des personnes atteintes de démence et de leurs aidants. Le Plan entend aussi prendre en charge la démence selon une pratique reposant sur des données factuelles, mais aussi accorder suffisamment d'importance à la prévention de la démence, à la guérison et aux soins. Ce qui passe, selon l'OMS, par de l'équité, une collaboration multisectorielle dans l'action de santé publique contre la démence et une couverture sanitaire et sociale universelle pour la démence.

La démence est un terme générique utilisé pour évoquer différents syndromes principalement évolutifs qui affectent la mémoire, d'autres fonctions cognitives et le comportement social et qui mènent à une dégradation importante de l'aptitude d'une personne à réaliser des activités quotidiennes.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

La santé est une question de droits, affirme le nouveau chef de l'OMS

Le Directeur général élu de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, a exposé mercredi ses priorités aux journalistes à Genève lors d'une conférence de presse, soulignant notamment la nécessité pour les États membres de fournir des soins de santé à tous et de mettre en oeuvre des règlements sanitaires internationaux.