Le HCR intensifie son assistance humanitaire en Libye

22 mai 2017

L'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a annoncé lundi le renforcement de sa présence et de ses programmes en Libye pour répondre à la détérioration de la crise humanitaire qui résulte du conflit, de l'insécurité, de l'instabilité politique et de l'effondrement de l'économie dans ce pays d'Afrique du Nord.

Dans un contexte de complexité croissante des mouvements de réfugiés et de migrants en Libye et à partir de la Libye, le chef du HCR, Filippo Grandi, s'est rendu à Tripoli dimanche 21 mai. Au cours de sa visite, il a rencontré des réfugiés et des migrants dans quelques-uns des nombreux centres de détention libyens.

« J'ai été choqué de découvrir les conditions difficiles dans lesquelles vivent les réfugiés et les migrants, dues généralement au manque de ressources », a expliqué M. Grandi. « Ces enfants, ces femmes et ces hommes qui ont déjà tant souffert ne devraient pas devoir subir des conditions de vie si difficiles ».

Quelque 300.000 Libyens ont été déplacés par le conflit qui se poursuit. Au total, plus de 1,3 million de personnes – qui comprennent les déplacés internes, les Libyens vulnérables, les communautés qui les accueillent, les migrants, réfugiés et demandeurs d'asile — ont besoin d'une assistance humanitaire d'urgence. Des centaines de milliers de personnes en Libye ont été affectées par l'effondrement de l'Etat de droit, l'absence ou l'insuffisance de soins de santé, de médicaments essentiels, de nourriture, d'eau potable salubre, d'abris et d'éducation.

Pour répondre à cette situation, le HCR renforce ses opérations humanitaires déjà en place dans le pays ainsi que sa coopération avec l'OIM (Organisation internationale pour les migrations) afin de mobiliser les points forts respectifs des deux organisations.

« Nous ne devons en aucun cas sous-estimer les défis que pose l'action dans un environnement instable et incertain comme celui qui prévaut actuellement en Libye », a souligné le Haut-Commissaire pour les réfugiés. « Notre capacité à obtenir et à mettre en place de façon efficace la protection et l'assistance nécessaires constitue un défi permanent. Les personnes que nous essayons d'aider ainsi que le personnel du HCR vivent et travaillent sous une pression et avec des risques énormes. »

Outre les nouveaux locaux et centres de développement communautaires pour les réfugiés et demandeurs d'asile, le HCR renforce également sa présence sur les lieux de débarquement des personnes qui ont été secourues ou interceptées en mer, et ce en étroite coopération avec l'OIM et d'autres partenaires.

Parallèlement, le HCR développera également son accès et son assistance humanitaire aux réfugiés et demandeurs d'asile vulnérables dans les centres de détention gérés par les autorités libyennes tout en se concentrant sur les activités de sauvetage humanitaire et l'engagement pour la libération des réfugiés et demandeurs d'asile en détention.

Au cours des dix-huit derniers mois, le HCR est parvenu à obtenir la libération de plus de 800 réfugiés et demandeurs d'asile vulnérables. L'agence tente de trouver des solutions durables pour eux.

Le HCR va également renforcer ses programmes d'aide aux déplacés internes libyens et aux communautés qui les accueillent et qui ont cruellement besoin d'un meilleur accès aux services essentiels. Ceux-ci se sont sévèrement détériorés à cause de la crise. Parmi les autres activités, des micro-projets communautaires à impact immédiat seront initiés pour aider les communautés d'accueil, les personnes déplacées, les réfugiés et les demandeurs d'asile.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Attaque sur Brak al-Shati, en Libye : le chef de l'ONU appelle toutes les parties à rétablir le calme

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, s'est dit profondément préoccupé par l'escalade militaire survenue sur la base aérienne de Brak al-Shati, dans le sud de la Libye.