Attaque sur Brak al-Shati, en Libye : le chef de l'ONU appelle toutes les parties à rétablir le calme

20 mai 2017

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, s'est dit profondément préoccupé par l'escalade militaire survenue sur la base aérienne de Brak al-Shati, dans le sud de la Libye.

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, s'est dit profondément préoccupé par l'escalade militaire survenue la base aérienne de Brak al-Shati, dans le sud de la Libye.

« (Le Secrétaire général) appelle toutes les parties à faire preuve de retenue et à rétablir le calme », a déclaré son porte-parole, Stéphane Dujarric, dans un communiqué publié samedi soir.

M. Guterres s'est dit particulièrement perturbé par le nombre élevé de morts ainsi que par des informations faisant état d'exécutions sommaires de civils. Selon de premières informations rapportées par la presse, une centaine de personnes dont des militaires et civils ont trouvé la mort jeudi dans l'attaque de la base de Brak al-Shati. Des informations qui, si confirmées, « peuvent constituer des crimes de guerre », a précisé M. Dujarric :

Pour le chef de l'ONU, l'insécurité persistante en Libye est un rappel qu'il n'y a pas de solution militaire. « Le Secrétaire général exhorte donc toutes les parties prenantes libyennes clés à renouer avec le dialogue politique et à s'engager de manière constructive vers cet objectif », a souligné son porte-parole.

« Le Secrétaire général apprécie les efforts d'un certain nombre de pays régionaux et voisins pour leurs contributions visant à renforcer le dialogue entre les principales parties prenantes en appui du processus global mené par l'ONU », a ajouté son porte-parole.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Libye : pour la Procureur de la CPI, la lutte contre l'impunité requiert un soutien financier adéquat de l'ONU

Alors que la Libye court le risque de retomber dans un conflit de grande envergure, la Procureure de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, a souligné lundi devant le Conseil de sécurité la nécessité pour son bureau de disposer de ressources adéquates, sous peine de saper le combat de la CPI contre l'impunité dans ce pays.