Salvador : l'ONU préoccupée par le sort des LGBTI

12 mai 2017

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) s'est déclaré profondément préoccupé vendredi par la vulnérabilité des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexes (LGBTI) au Salvador.

« Depuis le début de l'année 2017, au moins sept personnes transgenres ont été assassinées au Salvador. Plus récemment, à la fin du mois d'avril, une défenseure des droits de l'homme qui travaille sur les droits des personnes LGBTI, Karla Avelar, aurait reçu la visite, à son domicile à San Salvador, de trois hommes, qui l'ont menacée et lui ont demandé de l'argent dans les trois jours », a dit une porte-parole du HCDH, Ravina Shamdasani, lors d'un point de presse à Genève.

Après cette visite, Mme Avelar a dû fuir son domicile, une nouvelle fois. Au cours des deux dernières années, elle a été obligée de déménager six fois pour des raisons de sécurité. Mme Avelar, elle-même transgenre, a fait face à la violence et à l'intimidation à de nombreuses reprises depuis plusieurs décennies. Elle a survécu à deux tentatives de meurtre, en 1992 et 1997, a précisé la porte-parole.

« Nous exhortons le gouvernement salvadorien à prendre des mesures urgentes pour assurer la protection de Mme Avelar et d'autres militants et individus LGBTI qui sont menacés, notamment en créant un mécanisme de protection efficace pour les défenseurs des droits humains travaillant sur les droits sexuels et reproductifs et pour les militants LGBTI », a dit Mme Shamdasani.

Selon un récent rapport du gouvernement du Salvador, 52% des femmes transgenres interrogées ont déclaré qu'elles avaient été menacées de mort. Le taux élevé d'impunité et l'absence d'enquêtes rapides et efficaces sont endémiques dans le pays et affectent également les crimes commis contre la communauté LGBTI.

« Nous demandons au gouvernement de mener des enquêtes rapides, approfondies et efficaces sur les crimes contre la communauté LGBTI », a ajouté la porte-parole, précisant que le bureau régional du HCDH pour l'Amérique centrale suivait de près la situation et restait prêt à aider et à conseiller le gouvernement.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Les populations les plus marginalisées du monde continuent d'être laissées pour compte, selon le PNUD

Bien que le développement humain moyen ait considérablement progressé dans toutes les régions entre 1990 et 2015, une personne sur trois dans le monde vit dans des conditions de développement humain faible, selon un nouveau rapport publié mardi par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).