Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire : Mission accomplie

2 mai 2017

L'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) fermera ses portes le 30 juin 2017 après 13 ans d'existence, ayant achevé sa mission après avoir aidé avec succès le pays à rétablir la paix et la stabilité suite à la crise post-électorale en 2010.

L'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) fermera ses portes le 30 juin 2017 après 13 ans d'existence, ayant achevé sa mission après avoir aidé avec succès le pays à rétablir la paix et la stabilité suite à la crise post-électorale en 2010.

La fermeture de l'ONUCI marquera la plus récente réussite d'une opération de maintien de la paix en Afrique de l'Ouest depuis la mission de l'ONU en Sierra Leone en 2005.

Cela a été rendu possible grâce à une nette amélioration de la situation sécuritaire en Côte d'Ivoire, notamment en matière de réforme du secteur de la sécurité. L'extension de l'autorité de l'État, le déploiement des services publics, le renforcement des institutions démocratiques et un développement économique stable ont également justifié la fermeture de la mission.

Sous la direction de la Représentante spéciale du Secrétaire général dans ce pays, Aïchatou Mindaoudou, le personnel civil et militaire de l'ONUCI a joué un rôle crucial dans le rétablissement de la paix en Côte d'Ivoire. L'opération s'est notamment engagée dans la protection des civils, le suivi du cessez-le-feu, l'aide au gouvernement en matière de désarmement, de démobilisation et de réinsertion (DDR) des anciens combattants et la lutte contre les messages haineux sur les ondes de sa radio ONUCI-FM.

L'ONUCI est en train de déléguer à l'équipe pays des Nations Unies les tâches essentielles nécessaires pour assurer la pérennité des gains réalisés jusqu'à présent.

La Mission des Nations Unies en Côte d'Ivoire mettra fin à ses opérations en avril après avoir terminé son mandat dans le pays.

Début de l'opération

En 2004, la guerre civile divise la Côte d'Ivoire en deux. L'absence d'autorité de l'État a conduit le Conseil de sécurité de l'ONU à adopter la résolution 1528, qui a créé l'ONUCI pour une période initiale de 12 mois. L'une des tâches initiales de la mission était de surveiller et d'appuyer l'accord de paix signé par les parties ivoiriennes l'année précédente à Marcoussis, en France.

Début de l'opération

Une autre tâche importante de l'ONUCI consistait à surveiller la zone de confiance - une étendue de terre qui séparait le sud sous l'autorité du gouvernement et le nord contrôlé par l'opposition - tout en rétablissant la confiance entre les parties pour réunir le pays.

En 2007, en vertu de l'Accord politique signé à Ouagadougou, au Burkina-Faso, l'ONUCI a mis en place 17 postes d'observation appelés 'Ligne verte' en remplacement de la zone de confiance. Cette 'Ligne verte' est restée en place jusqu'en juillet 2008, date à laquelle le dernier poste a été éliminé.

Au milieu des combats

L'ONUCI a été appelée à répondre à de nombreux défis au cours de ses 13 années de présence en Côte d'Ivoire.

En janvier 2006, de jeunes manifestants pro-gouvernementaux sont descendus dans les rues après qu'une équipe autorisée par l'ONU a accepté d'appuyer la dissolution du Parlement dont le mandat avait expiré. Après quatre jours de manifestations violentes durant lesquelles des bâtiments humanitaires et de maintien de la paix de l'ONU ont été pris pour cibles, des centaines de membres des Nations Unies ont été évacués.

Le Conseil de sécurité a ensuite décidé de renforcer la force de l'ONUCI avec le déploiement provisoire d'un bataillon supplémentaire en provenance de la mission de l'ONU au Libéria.

En 2010, le pays retombe dans la guerre civile lorsque le chef de l'Etat sortant, Laurent Gbagbo, refuse de démissionner après avoir perdu l'élection présidentielle bien que les résultats, certifiés par l'ONU, aient désigné Alassane Ouattara vainqueur du scrutin.

Au cours d'une période de combats accrus, l'ONU a continué de protéger les civils, alors qu'elle faisait elle-même l'objet d'attaques.

M. Ouattara a été investi Président de Côte d'Ivoire en mai 2011après la reddition de M. Gbagbo en avril 2011et des violences post-électorales qui ont fait près de 3.000 morts et créé environ 300.000 réfugiés.

L'ONUCI a ensuite facilité un dialogue politique inclusif qui a abouti à une élection présidentielle en 2011 ainsi qu'à des élections législatives et à un référendum en 2016. Parmi ses autres réalisations, la mission a renforcé la Commission nationale des droits de l'homme qui a contribué à réduire les violations des droits de l'homme et aidé à désarmer 70.000 combattants et à les réintégrer dans la société.

@media only screen and (min-width: 760px), screen9 {

#PhotoHolder3 #PhotoCrop {

max-height: 770px; /* sets max-height value for all standards-compliant browsers */

width: 134%;

margin-left:-161px;

margin-top: -174px;

}

#story-headline

{

font-size: 4.4em;

line-height: 1.1em;

color:#fff;

position: relative;

top: 20px;

margin-left:0em;

text-shadow: 10px 10px 10px rgba(0,0,0,0.8);

width:100%;

color:yellow;

}

#sidebar {display:none;}

div#story-content .span8 {width:100% !important}

#fullstory p {

font-size: 14px;

line-height: 1.7em;

}

strong

{ font-size: 1.2em;

line-height: 1.7em;

xfont-family:Georgia, "Times New Roman", Times, serif;

}

blockquote

{ font-size: 1.2em;

line-height: 1.5em;

font-style:italic;}

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Côte d'Ivoire : l'envoyée de l'ONU se félicite que la page de la crise ait été définitivement tournée

La Représentante spéciale du Secrétaire général pour la Côte d'Ivoire, Aïchatou Mindaoudou, s'est félicitée mercredi que la page de la crise ait été définitivement tournée, alors que l'Opération des Nations Unies dans le pays (ONUCI) s'apprête à fermer dans quelques mois.